Singapour : l’île souterraine

La cité habitée entièrement sous terre fait rêver. Longtemps réservée aux films de science-fiction, elle a peu à peu gagné en crédibilité. Cette alternative est de plus en plus envisagée pour diverses raisons. Le gain de surface et la régulation de la température grâce à la stabilité thermique du sol séduit beaucoup de ville mais l’aspect psychologique de ces espaces découragent la population.

Le modèle de Cobber Pedy

La ville souterraine serait par exemple une réponse adéquate à la régulation des températures dans les zones climatiques extrêmes. Cobber Pedy en Australie est une ville qui bénéficie de températures très élevées tout au long de l’année mais qui est essentiellement connue pour ses multiples maisons troglodytes. 80% de ses résidents occupent le sous-sol. Que le climat soit glacial ou brûlant, habiter le sous-sol permettrait de préserver une chaleur plus ou moins constante et modérée.

Habitation souterraine – Cobber Peddy

Pour certains pays limités par leur superficie comme Singapour, construire sous terre devient une hypothèse intéressante pour faire évoluer la ville. Le pays compte seulement 710km2 pour 6 millions d’habitants, ce qui pousse les architectes à s’élever vers le ciel ou à s’étendre sur l’eau pour obtenir une ville toujours plus dense. La faible capacité de l’île et la surpopulation poussent les architectes à se tourner vers la construction souterraine. Inauguré le 3 septembre 2014, Jurong rocks caverns est la première entreprise singapourienne située à 150m de profondeur en dessous du niveau de référence du sol.

graphique-singapour-jurong-rock-caverns

Entreprise souterraine –  Jurong rocks caverns

 

Le défaut de lumière naturelle

Selon Gunna Jensen, qui étudie la psychologie de l’espace souterrain, 3% de la population est sévèrement claustrophobe. Mais ce qui inquiète surtout les habitants est le manque de lumière et d’espaces naturels. Comment vivre sans voir l’extérieur ? Sans s’en rendre compte, les citadins fréquentent pourtant déjà de nombreux grands centres commerciaux, parkings et métros construits en sous-sol. De plus, plusieurs pays se sont largement développés démographiquement comme la Norvège qui bénéficie de peu de lumière à l’année. Par ailleurs, les spéléologues ou les égoutiers passent la plupart de leur temps en sous terre. Cela démontre qu’actuellement sous plusieurs formes l’être humain a la capacité de s’acclimater à la vie nocturne.

courir-en-sous-terrain-a-helsinki

Courir dans les souterrains d’Helsinki

Dans le cas de Singapour, la ville est creusée sur plusieurs couches allant jusqu’à 150m de profondeur. On peut se demander si demain les promoteurs seront en capacité de proposer aux habitants de se loger en sous-sol tout en profitant d’espaces végétalisés, voire de parcs ? Ce genre de réalisation devient envisageable à l’aide d’une nouvelle technologie permettant de retranscrire la lumière naturelle à travers la matière. Cela pourrait à terme permettre d’obtenir des forêts souterraines et donner l’envie aux habitants de s’y installer comme tente de le faire le projet de the White Balance qui ont envisagé le futur souterrain de Londres pour le magazine Focus.

focus-magazine-the-white-balance-futur-underground-london

 The White Balance pour Focus magazine – Futur underground London

La Lowline à New York

Le projet de Singapour s’articule autour de la même idée que la Lowline à New York (une réhabilitation du métro souterrain de New York en réponse à la Highline. Cf vidéo ici ). Il s’agit de construire des logements en optimisant la capacité du sous-sol tout en dégageant un maximum d’espace en surface. Pour ce programme mixte de laboratoires de recherches et de logements, les architectes projettent d’occuper une surface de 300.000 m2 sur une profondeur allant de 30 à 80 m sous terre. A terme, cela permettrait d’accueillir environ 4200 scientifiques.

projet-pour-singapour-laboratoire-scientifique-pour-la-ville

Habiter les souterrains – Projet pour la ville de Singapour

L’expansion souterraine de Singapour n’en est encore qu’à ses débuts, mais l’ampleur des projets promet de faire parler. Si les solutions n’en sont encore qu’à leurs prémices, la construction du projet débutera dès 2018. Le chantier durera 10 ans. Le pari est impressionnant : en plus des surcoûts dus à la difficulté de construire sous terre, il n’est pas évident de trouver les commanditaires.

 

Bibliographie

Livres 

CHARNEAU Nicole, TREBBI Jean-Charles, Maisons creusées, maisons enterrées : découvrir, restaurer, réaliser un habitat troglodytique, collection Anarchitecture, publié par paris éditions alternatives, 1981, 215p

Montréal et Toronto : Villes intérieures, Montréal : les presses de l’université de Montréal, 2011, 251p.

 

Mémoires étudiants

SEMERY Cécile, La ville en coupe, Directeur de recherche ENSAV : BEGUIN François, publié par ENSA-V, 2000, 77p.

LONGO Jacques, Dans le ventre de nos villes, , Dir de recherche ENSAV : DUCHENE Fabien, EBERSOLT Gilles, publié par ENSAV, 2015, 109p

 

Article de revue

MANCET-TAYLOR Valérie, BARAZZA Isabelle, GIRARD Laurence, CHARLES Agnès, Note rapide de l’institut d’aménagement et d’urbanisme,, vers une nouvel urbanisme souterrain : des métropoles engagées, ile de France N°697, Septembre 2015

 

Article Web 

SMAILI Anaelle, Daily geek show. En 2050 vous vivrez surement sous terre à cause du manque de place. Disponible < ici >. Consulté le 18 mars 2016

 

Vidéos documentaires 

France 24, Sous terre à Singapour, en Thailande avec les kathoyes, le mariage forcé au cameroun, De 4min40 à 7min20. Disponible < ici > Consulté le 20 mars 2016

The Lowline, The lowline vidéo 2014, Durée 4 min 23, Disponible < ici > Consulté le 10 mars 2016

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s