« Chacun sa maison »

La maison individuelle est un modèle dominant en France. Sur un parc de 33 millions de logements, 18,4 millions sont des maisons individuelles, soit 56% des logements ordinaires, occupés principalement par leur propriétaire. Cette forme de logement compose alors une grande partie du paysage.

Malgré sa propension à occuper une trop grande portion d’espace et ses inconvénients du point de vue de sa trop grande consommation d’énergie, la maison individuelle est considérée comme le « logement idéal ». Au contraire, la « machine à habiter » collective séduit beaucoup moins.

 la-maison-neuve-282

En France, les maisons individuelles sont construites à raison de 5% par les architectes. Le reste l’est par des entreprises de constructeurs qui proposent des catalogues de maisons types atteignant jusqu’à 200.000€. Une fois la commande passée, la maison est construite en seulement deux mois.

Ce type de construction est abordé par Ariane Doublet dans son reportage « Ma maison neuve ». On y apprend que l’indigence distributive et constructive réduit le désir de la maison à la signature d’un chèque. Le documentaire présente un agriculteur retraité heureux de montrer qu’il a pu se payer le modèle « haut de gamme » et jouir d’avoir le même que son voisin : toit de tuiles noires et fenêtres en PVC…

Ce modèle de « maison catalogue » a suscité des solutions alternatives. Dans les années 1990, Philippe Starck a réalisé avec l’entreprise des 3 Suisses un prototype de maison en bois. Celle-ci est proposée en coffret avec tout ce qui est nécessaire pour la construire. Le coffret comprend des plans au 1:50 et une cassette VHS permettant de suivre les différentes étapes de la construction, le tout pour 4.900 Francs. Philippe Starck explique qu’il a essayé de ne pas faire un geste démonstratif mais une maison « honnête »  qui « reflète le bonheur des gens qui y habitent ». Ce prototype est produit par des entreprises contemporaines dans le temps réel avec les objets et les matériaux qui sont sur le marché. La maison a un plan symétrique avec un corridor tout autour permettant d’agrandir très facilement les surfaces si le besoin s’en fait sentir. Tout est pensé pour pouvoir s’approprier sa maison et la rendre singulière. Tout le monde doit y « trouver sa maison ».

Dans le livre « Chacun sa maison », Paul Chemetov fait l’inventaire des différentes maisons individuelles qu’il a construit. Le titre du livre ne doit pas être entendu dans le sens : « à chacun sa maison », mais dans le sens d’un désir de maison singulière. Ce livre se présente comme un laboratoire de la maison individuelle. Il décrit moins les maisons qu’il ne parle des commanditaires et des circonstances qui ont fait que leur projet a vu le jour.

Ces maisons ont été conçues pour des amis ou bien des clients qui sont devenus des amis. Chaque maison raconte une histoire particulière. Pour Chemetov, chaque projet commence par une fiction. Les clients sont venus le voir avec une idée, un rêve, qui aboutissait au dessin d’une maison singulière. Pour lui, le rôle de l’architecte est de prêter une grande attention à la commande et d’évaluer la possibilité de la réalisation en fonction du budget, de la réalité constructive selon la région, les coutumes et les savoir-faire locaux. Il entame ainsi un dialogue avec les habitants et un environnement qu’il apprivoise et humanise. 

mtqzodc4nzq0ms0znjc1odk1mtuwlti1oty1ltmz

La maison Ohana, par exemple, naît d’une rencontre due au hasard. Chemetov fait la connaissance d’un vendeur de vieilles lunettes à Paris. Il va composer avec l’environnement de sa maison située proche d’Asilah, donnant sur la mer et construite autour d’un très bel olivier centenaire. Cette maison fut construite par des maçons qui ne savaient pas lire les plans. Ils ont finalement fait preuve d’inventivité en allant jusqu’à récupérer les menuiseries dans différentes brocantes des alentours. Telle fût la règle de cette construction originale, qui accepta de ne pas se conformer exactement aux intentions de départ.

Les maisons individuelles de l’atelier de Paul Chemetov semblent signifier qu’une appropriation par tous de l’architecture est possible. Une architecture modeste, sensible et efficace répondant aux attentes et aux besoins spécifiques des habitants.

Bibliographie

  • Livre :

9782081286139-z

 

Paul Chemetov, Chacun sa maison, publié à l’occasion de l’exposition éponyme à la Cité de l’architecture et du patrimoine, du 13 septembre au 11 novembre 2012, Edition: FLAMMARION (21 septembre 2012), Collection  CATALOGUES D’EX,  190 pages

 

  • Vidéos documentaires:

Philippe Starck Wooden House3 Suisses

Buster Keaton :  One week – où la maison démontable

Extrait Vidéo d’ Ariane Doublet : La maison neuve 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s