La tour David, un bidonville vertical

torre david .jpg

Au Venézuela, la tour David devait être à l’origine un centre financier important de Caracas. Elle est devenue aujourd’hui un symbole de l’échec financier du pays, mais aussi un échec des politiques de logement. Suite à la crise économique de 1994, la construction de la tour a été arrêtée : le gros œuvre était à peine achevé et les façades en cours d’installation. La mairie a alors autorisé que le premier niveau de la tour soit habité. Peu à peu, plus de 3600 personnes investiront les 27 premiers étages, sur les 45 que compte l’immeuble.

tour caracs2.jpg

A l’intérieur, une économie informelle s’est développée : salons de beauté, café internet, bazars, épiceries, coiffeur et même un dentiste. Une église évangélique dispose également d’un lieu de rencontres.

Une copropriété s’est constituée, établissant des règles pour la vie en communauté. Moyennant un loyer de 170 bolivars, les habitants participent à l’entretien du bâtiment, paient l’électricité et le gardiennage par des vigiles. A l’origine, la Tour David avait été conçue comme une tour de bureaux mais aussi comme un hôtel : le rapport profondeur/façade n’est pas le même que dans une tour de logement classique. Les habitants ont subdivisé les plateaux, au départ avec des matériaux légers (tôles d’acier, rideaux..), puis des matériaux de constructions plus lourds (briques, ciment..). Pour les premiers étages, le cloisonnement est calqué sur la disposition de l’hôtel, mais il existe cependant de fortes disparités : «Un appartement de 55m² dans le noyau de la tour est occupé par onze personnes. Dans le même temps, une mère et ses deux enfants ont un appartement de 110m²». La rampe de parking permet l’accès en moto taxi jusqu’au 10eme étage. La tour est si densément peuplé que parfois les escaliers et même les noyaux sont habités, ce qui crée des logements en duplex intéressants spatialement mais peu éclairés. L’absence de garde corps, la présence de trous dans les plateaux ou la chute de parement de façade posent d’autres questions de salubrité.

torre david alejandro.jpgVéritable laboratoire d’étude sur l’informel, la Tour David a été le sujet d’une étude expérimentale récompensée en 2012 lors de la biennale d’architecture de Venise. Le Lion d’or a été attribué au groupe Urban Think Tank. Cette agence s’est intéressé à la Tour David en y voyant «une inspiration reconnaissant la force des sociétés informelles» et en trouvant dans « le squat une forme de POSSIBILITÉ mais aussi de LIMITE dans les failles de l’habitat» («SQUATTING is both the POSSIBILITY and the LIMITATION of housing failures»)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s