Les cités lacustres

     Le village de Ganvié (Bénin), nommé aussi la Venise de l’Afrique, est aujourd’hui la plus importante cité lacustre de l’Afrique de l’Ouest. Il comprend quelques milliers de constructions sur pilotis qui abritent environ 30 000 habitants. Il a peu évolué depuis sa création au XVIIIème siècle. Situé sur le lac de Nokoué au nord de Cotonou au Bénin, surnommé « la Venise de l’Afrique », ses constructions s’harmonisent parfaitement avec l’environnement naturel. Les habitants vivent essentiellement de la pêche mais de plus en plus aussi du tourisme. C’est l’un des sites touristiques les plus visités au Bénin.

ganvie-ciel

Histoire

     A l’origine, ce village a été créé par des refugiés fuyant la traite négrière. C’est au XVIIIème siècle que les premiers habitants, venus du Togo, se sont installés dans les marécages du lac de Nokoué. Les habitants du lac fondèrent par la suite plusieurs villages et finirent par être identifiés comme un groupe ethnique autonome : les Toffinu. Le nom de Ganvié signifie « nous sommes sauvés » en tofin, la langue de l’ethnie majoritaire de sa population, témoignant de l’histoire de sa fondation.

Architecture

     Les infrastructures se présentent sous la forme d’un groupe de cases sur pilotis entièrement construites en bois et matériaux végétaux, capables de résister aux intempéries de l’eau et aux aléas climatiques. Traditionnellement, les cases ont une ossature constituée de pieux de bois sur lesquels viennent se fixer des branchages tressés ou des bambous. Les toitures sont en chaume. Néanmoins aucune maison n’est centenaire. Sa durée de vie est en moyenne de 15-20 ans. Au delà, la structure s’affaisse. Aujourd’hui cet habitat laisse place progressivement à des constructions en ciment et à des toitures en tôle car l’entretien est plus facile. Au fil des années, les habitants ont construits quelques ilot artificiels pour apprendre aux enfants à marcher, car en arrivant sur la terre ferme, auparavant les jeunes marchaient avec difficulté.

bj_ganvie_houses

 Organisation

     Le village comprend des rues, des quartiers, des marchés auxquels on accède uniquement en pirogue. On y trouve même des panneaux de signalisations. Le marché flottant, ouvert de 4h du matin à 10h, est la principale activité commerciale. Les femmes exposent et vendent leurs marchandises sur leurs pirogues.

ganvie-marche

La pêche demeure la principale source de revenus. Elle se présente sous plusieurs formes, à l’épervier ou à partir des akdja : cette technique de pêche originale a été mise au point par les Toffinu et s’apparente à la pisciculture. Avec des pieux et des branchages, ils forment de vastes enclos où les poissons sont pris au piège.

La distribution d’eau potable est assurée par deux fontaines aménagées. Les habitants s’y rendent en pirogue avec des bidons. L’eau du lac n’est pas potable. Elle est salée, les eaux usées et les excréments du bétail sont rejetés directement dans le lac. Un autre problème est l’absence d’électricité. Mais certaines habitations disposent de petits groupes électrogènes ou de panneaux photovoltaïques. Ce sont en général des infrastructures destinées au tourisme. Ce dernier prend une place grandissante. Le développement touristique du lac a commencé sous l’égide des habitants et avec l’aide de quelques ONG. De nombreuses installations ont été mise en place : aménagement de l’embarcadère pour les balades en pirogue, magasins de souvenirs, artisanat, guides, cafés.

la-peche_620x465

Cités lacustres dans le monde

     Il existe dans le monde de nombreux autres villages lacustres.

Notamment Zhouzhuang, un village oublié s’étalant sur 500 000 m2 à une centaine de kilomètres à l’ouest de Shanghai, construite au bord du lac Dianshan. Elle est souvent considérée comme étant la plus belle cité lacustre de Chine. En 770-476 avant JC, le petit village faisait partie du fief Yaocheng et s’appelait Zhenfengli. Après avoir été donné en 1086 par Zhou Digong pendant la dynastie Song du nord (960-1127), elle a pris le nom de son donateur. 60% des maisons ont été construite sous les dynasties des Ming et des Qing. Elle est réputée pour son riche passé culturel, ses maisons anciennes bien conservées, ses vues sur les canaux, ses traditions et ses coutumes locales.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Au cœur de la vallée du Cachemire, au nord-ouest de l’Inde, Srinagar s’étend de chaque côté de la rivière Jhelum, encadrée de petites montagnes, à 1 768 mètres d’altitude. La région est surnommée « La perle du cachemire » et « La Suisse de l’Asie», pour ses plaines bucoliques, ses forêts de conifères, ses lacs et ses montagnes aux neiges éternelles. Le site est délaissé par les guides touristiques en raison de vives tensions entre l’Inde et le Pakistan qui se disputent la région depuis une quarantaine d’années. Les façades anciennes en bois confèrent un cachet à la cité mythique. Elle a néanmoins perdu un peu de son âme avec le démantèlement des ponts antiques au profit de constructions en béton. La gondole locale, la shakira, est le moyen de transport qui emmène jusqu’aux hôtels flottants. Ce sont de vieilles barges reconverties en logements luxueux.

srinagar

Bibliographie :

Livres

51s2wkk9ivl-_sx391_bo1204203200_

Dominique Mwankumi. La peur de l’eau : Une journée de deux enfants à Ganvié, cité lacustre au Bénin. L’Ecole des Loisirs. Collection Archimède, 2006, 45 pages.

 

51t831xm65l-_sx331_bo1204203200_

Anaclet Nzohabonayo. Gestion Ecologiquement Rationnelle de la cité lacustre de Ganvié. Univ Européenne, 2015, 60 pages.

 

 

51w5y916hrl-_sx312_bo1204203200_

Pierre Pétrequin. Gens de l’eau, gens de la terre : Ethno-archéologie des communautés lacustres. Collection : Bibliothèque d’archéologie. Hachette, 1985, 345 pages.

 

 

517idruqrl-_sy497_bo1204203200_

Alejandro Bahamón, Ana Maria Alvarez. Habitat lacustre. Collection L’architecture du vernaculaire au contemporain. L’Inédite, 2009, 141 pages.

 

 

 

Web

Site Lacustre de Ganvié classée à l’UNESCO

Les plus belles « Venise » du monde

Visiter Ganvié

La Venise de l’Afrique a portée de main

 

Vidéos

Le tourisme solidaire à Ganvié, la Venise de l’Afrique. 1 :28

Ganvié, la Venise du Bénin. 00:56

Drone à Ganvié. 00:46

 

Reportages photo

Ganvié : la Venise de l’Afrique, de François Villeret

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s