La Mycotecture : La brique champignon de Phill Ross

La mycotecture est un phénomène qui prend de l’ampleur depuis son lancement en 2009. L’origine de ce terme vient de Phil Ross, un designer californien qui a développé la brique champignon. En premier lieu, cette technologie était destinée au mobilier d’art puis il décide d’approfondir ses recherches afin de créer des maisons à partir de ces briques naturelles : « les mushrooms building bricks ». Phil Ross extrait la matière première de ce biomatériau à partir des fibres végétales situées dans les racines du champignon : le mycélium.

mycotecture-philip-ross

Fabrication d’un nouveau matériau

Le principe de la mycotecture croise l’architecture avec le mycélium. Selon Phil Ross, elle consiste à faire pousser des champignons dans un moule avec un mélange de fibres naturelles (le mycélium), de gélifiant comme de l’agar-agar, des déchets organiques issus de l’agriculture, de sucre, de nourriture pour chat et de boisson énergisante. Avant de former un matériau dense et compact, il faut les laisser sécher 1 semaine puis les faire cuire au four afin de tuer les bactéries. Le réseau de fibres créé se fige alors à la cuisson et rend le matériau encore plus résistant.

Une autre méthode développée par l’entreprise Ecovative en 2010 consiste à mélanger des spores (de mycélium) avec du coton ou du riz puis le laisser reposer 10 jours dans le noir avant de démouler la brique.

Mycoworks : l’entreprise de Phil Ross

L’artiste a créé une entreprise appelée « MycoWorks » qui travaille sur l’utilisation du mycélium dans la construction en architecture. Pendant les tests qu’effectue Phil Ross dans sa vidéo de présentation, nous pouvons observer que ce matériau a la propriété de couper le feu comme le béton, de flotter dans l’eau comme le bois et d’être flexible comme l’acier. Cette matière est d’autant plus intéressante qu’elle isole du froid et des pertes de chaleurs autant que le polystyrène. Elle serait à la fois une matière structurante, isolante et esthétique. L’innovation ne s’arrête pas là car elle amortit également les vibrations, ce qui est nécessaire pour les constructions en zone sismique. Pour résumer, ce matériau a toutes les propriétés pour s’intégrer dans la construction de l’habitat, cependant nous ne connaissons pas encore de quelle manière il va réagir face au temps et comment sa solidité peut évoluer.

La brique champignon est une technologie 100% biodégradable et profite donc d’une ressource naturelle qui a un cycle de vie indéfini. Le processus de transformation du champignon a un bilan carbone négatif. L’avantage de ce biomatériau est qu’il est une ressource accessible sur toute la planète. Sa capacité à se reproduire plus vite que le bois permet d’en produire en grande quantité, ce qui influe bénéfiquement sur le coût. La matière première est quasi nulle puisqu’à partir d’un extrait du champignon on peut faire pousser une grande quantité de briques.

Construire en brique champignon

La composition de la brique offre la possibilité de faire varier les moules dans lequel on la place. Il est alors plus facilement envisageable de créer de nouvelles textures, de nouveaux motifs et de s’émanciper de la forme et de la taille standard de la brique. Elle permet également d’imiter l’aspect de la pierre naturelle de par sa couleur et son enveloppe rugueuse. Une des premières structures construites en briques champignon fut le Pavillon PS1 pour l’exposition du MoMA à New York par Benjamin David. Il a assemblé cette brique ultra organique pour en faire 3 petites tours cheminées qui donnent la preuve des capacités du matériau.

pavillon-moma-new-york-ps1-benjamin-david

 Nous pourrions envisager que l’évolution de ce biomatériau puisse s’auto gérer durant la construction. Le bâtiment se construirait sur le chantier comme un champignon qui pousse dans la nature. La méthode de mise en œuvre serait facilitée par une soudure naturelle du matériau puisque le mycélium fusionne au contact de lui même.

Le développement des matériaux composites

La recherche sur les biomatériaux est en pleine croissance. Il n’y a pas que la brique qui pourrait être amenée à changer à la vue de la croissance de notre conscience écologique. Les biomatériaux sont de plus en plus valorisés et appréciés dans la construction, par exemple les constructions en terre qui redeviennent populaires auprès des architectes. Dernièrement sur Archdaily (URL), un article traitait du remplacement des armatures en fer du béton armé par une structure de bambou tout aussi résistante. Une étude est actuellement en cours pour savoir si les performances du bambou sont capables de supporter les mêmes charges que le ferraillage dans le béton. En savoir plus…

ossature-bamboo

 

Bibliographie

 Livres

Samantha.L, Martin Mcauliffe, Food and architecture : At the the table, Bloomsbury Publishing, 22 sept 2016, 304 pages‬

IMHO Barbara ,GRUBER Petra, Built to Grow – Blending architecture and biology, Birkhäuser, 1 janv. 2015, 176 pages‬

Article presse

DAVID Benjamin, Pavillon MoMA PS1 in New York, Détail, 2015 juin, Munich, 1961, N°06, The living

 

Article web

WALKER Conor, Archdaily, Bamboo: A Viable Alternative to Steel Reinforcement ? , Disponible ici <ici>. Consulté le 31octobre 2016

RAFIK, Civil mania : Lacomunauté de la construction, Le béton armé du bambou « Bamboo Reinforced Concrete », Disponible ici <ici >. Consulté le 02 novembre 2016

G.N, Batiactu, Et si on construisait des maisons en briques champignons ?, Disponible ici < ici > Consulté le 24 octobre 2016

NIETO Vince, Think créating inyelligent places, Mycotecture, Disponible ici <ici > Consulté le 15 octobre 2016

Vidéos documentaires

ROSS Phil, « Built With the Cleanest Technology on Earth: Nature », 3 min 46, Disponible sur < ici > Consulté le 29 octobre 2016

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s