Nouveaux habitats participatifs

La vie sociale est plus développée en ville. On y compte pourtant un grand nombre de personnes dépressives. Le phénomène tend à s’aggraver chez les citadins des grandes villes qui développent toujours moins d’affinité de proximité. Selon des enquêtes de la Fondation de France sur la solitude, 1 personne sur 8 souffre d’isolement en 2014 contre 1 sur 10 en 2010. Les architectes tentent de résoudre ce problème social par de nouveaux modèles spatiaux participatifs permettant aux usagers d’améliorer les rapports sociaux. Trois types de solutions sont envisagés.

  1. Le syndicat bénévole

Ce modèle est l’un des plus répandu car il est accessible au grand public. Chaque personne conserve son intimité et l’espace privé est dissocié des espaces communs. Les habitants partagent néanmoins une relation positive permettant de s’associer dans le développement des espaces partagés.

« Enfin le week-end je rentre chez moi ! J’envoie un message à ma voisine d’en face pour lui rappeler notre barbecue ce week-end. Il faut que l’on discute du nouveau revêtement de sol de la cour. Ma voisine du dessus s’est plainte de marcher dans la boue à chaque fois qu’il pleut. Ses enfants salissent tout son appartement. Nous avons pris la décision d’en discuter ensemble afin de résoudre ce problème. Pendant plusieurs week-ends, nous allons nous retrouver pour parler de différents projets communs et fixer des dates pour réaliser nous même les travaux. Ce n’est pas très compliqué à mettre en place car nous avons tous le numéro de chaque personne, nous communiquons facilement et prenons même parfois quelques verres ensemble. Nous venons d’horizons très différents : un couple de jeunes étudiants, une retraitée africaine, une mère célibataire avec ses 2 enfants et un monteur vidéo souvent absent. Mais les intérêts communs nous ont réuni. Depuis peu nous sommes devenus un syndic bénévole car nous trouvions qu’une personne tierce et en dehors de la copropriété ne comprenait pas nos attentes. Auparavant, j’habitais un immeuble de 15 propriétaires et je ne connaissais le nom d’aucun d’entre eux. Aujourd’hui, j’ai demandé à mon voisin de m’aider à redémarrer ma voiture en panne de batterie et à ma voisine de récupérer mes colis. Nous entretenons nous même nos espaces verts (tondre, désherber, semer, arroser les plantes des uns des autres, etc). Je sais que je peux compter sur mes voisins quand ma chienne s’échappe du jardin pour la récupérer quand je suis au travail. Ces petits services ont amélioré nos rapports de voisinage. Plus nous avons créé du lien social, plus nous notre environnement s’est amélioré, contrairement à mon ancien appartement où les réunions de copropriété engendraient souvent une opposition aux travaux d’entretiens des espaces communs. »

  1. Le logement collectif

Une nouvelle tendance consiste à associer ou à dissocier les pièces d’un appartement dès la conception. Certaines résidences étudiantes proposent par exemple d’associer des studios individuels pour former une grande collocation. Ici, les habitants conservent un espace privé réduit au profit de vastes espaces communs.

songpa-3

Le projet de l’agence coréenne SsD livré en 2014 se positionne dans un contexte où le prix du logement augmente de plus en plus dans les grandes villes au détriment de leurs surfaces. Pour réduire les coûts, les architectes ont choisis d’inverser la tendance en proposant des espaces partagés mais plus grands. Ce bâtiment est composé de 14 petits blocs privés qui ont la possibilité de se combiner pour constituer un appartement accueillant un couple d’amis ou une grande famille. Les espaces privés sont modulaires. Ils peuvent évoluer selon l’évolution de la situation familiale.

« Songpa Micro-Housing provides a new typology that extends the limits of the housing unit to also include semi-public circulation, balconies, and the thickness of walls. Like the ambiguous gel around a tapioca pearl, this ‘Tapioca Space’ becomes a soft intersection between public/private and interior/exterior, creating social fabrics between neighbors. » Jinhee Park Architecte

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le rez-de-chaussée est public. Il peut accueillir des évènements comme des expositions ou de petits spectacles. Les propriétaires ont tous accès au second étage qui regroupe une enfilade de pièces de vie partagées. On peut y faire de la peinture, regarder un film, se réunir pour parler de la vie communautaire ou discuter autour d’un livre. Les usagers peuvent rejoindre dans les étages supérieurs leur espace personnel. Ce modèle permet d’améliorer les relations humaines et d’agrandir les surfaces habitables en partageant les espaces résiduels des circulations.

 

  1. Le chantier participatif

Plusieurs personnes choisissent de se regrouper pour vivre ensemble et créer une communauté. Ils s’associent à la manière d’une grande famille qui partage la vie quotidienne.

Le concept s’est répandu à la campagne sous forme d’éco-hameaux. Dans le département du Lot, 10 familles avec peu de moyen ont l’idée d’acheter un terrain et de s’y installer. Ensemble, ils ont construit chacun leur maison entièrement en bois pour un coût de 70 000 euros, terrain compris. Il reste 10 parcelles à vendre pour de nouveaux arrivants souhaitant rejoindre la communauté. Le principe est de participer à la vie collective et de construire une maison passive. Les habitants mettent à disposition un grand atelier de bricolage où tous les outils sont accessibles aux propriétaires afin d’entretenir ou agrandir leurs logements.

habitat-groupe-ecohameau-dandral

« Nous sommes dans un projet humain avec des gens qui vivent et qui construisent quelque chose ensemble. On a construit une culture de groupe» Greg, de Habitat groupé : partage à tous les étages.

Plus qu’une parcelle de terre, ils partagent un lien communautaire. Les personnes se relaient à tour de rôle pour emmener les enfants à l’école en covoiturage. Sur 8 hectares mis en commun, ils entretiennent ensemble un potager avec lequel ils espèrent devenir un jour autosuffisants en fruits et légumes.

« Dans ces lieux là, on sait que l’on est dans des habitats collectifs, donc on est pas solitaires. On est solidaires et pour moi on est vraiment plus dans la vraie vie » Ludivine, ancienne militaire, de Habitat groupé : partage à tous les étages.

eco-hameau-dandral-lot

Les habitats de ce type séduisent car ils permettent à des foyers de conserver un lien social. Les personnes âgées peuvent partager leur savoir et ne pas rester isoler, les familles s’entraident pour se libérer du temps avec leur enfants, etc. 200 projets sont en cours de développement et viendront s’ajouter aux 33 déjà présents. Malgré le succès de ces modèles, les promoteurs sont moins emballés, n’y trouvant pas leur intérêt économique : les espaces partagés valorisent le bâtiment mais ne sont pas rentables.

Références

Livres

GEBOVALL, Pascal, DE BERGH Anne, Vivre en Habitat participatif, Alternative, Paris, 2013, 191p

 

Article de presse

PESCHKE Barbara, BARBEILLON Julie,  Dossier. Bâtie ensemble, Le choix du statut juridique. La société civile immobilière; La copropriété; convicialité et apprentissage : Les chantiers participatifs, La maison écologique, Avril/Mai, 2005, N°26, 1634 / 5460, P15-25

Songpa micro-housing, Seoul, south korea : SsD Architetcure, L’ARCA International, juillet Aout 2015, n°125, 1027 / 460x, 2015, p41-51

 

Article web

GROLLEAU, Virginie, L’OBS, Plus mixte, plus innovant, despistes pour le logement de demain. Disponible ici, Consulté le 17 novembre 2016

Ssd architecture urbanisme, Site officiel, Songpa micro housing, Disponible sur ici Consulté le 20 novembre 2016

Rédaction de l’AFP, Allodocteur, Une personne sur huit souffre d’isolement en France, Disponible ici Consulté le 20 novembre 2016

 

Vidéo

Tout compte fait, Habitat groupé : partage à tous les étages, 13’33. Disponible ici Consulté le 15 novembre 2016

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s