Les maisons de paille

La construction en bottes de paille est un habitat végétal qui s’affirme comme un mode constructif particulièrement performant, écologique et économique. Depuis une dizaine d’années, la filière s’est professionnalisée.

Une technique éprouvée

C’est avec l’apparition des botteleuses aux États-Unis que les premières maisons et édifices publics construits en paille voient le jour au Nebraska en 1886. Les bottes sont utilisées sans structure porteuse en bois. Cette technique, appelée “technique Nebraska” s’appuie sur des murs porteurs.

En Europe, en 1920 la maison Feuillette intègre les bottes de paille à une ossature en bois. Cette maison de 100 m2 sur deux niveaux, en excellent état, a toujours été occupée. Aujourd’hui, elle accueille le Centre National de la Construction Paille dont la vocation première est la sauvegarde de cet édifice et la création d’un lieu dédié à la valorisation de la construction paille.

maison-feuillette-cncp-1920-2013

C’est seulement dans les années 1980 que la construction paille connaît un renouveau en France et en Europe. La paille est une ressource très actuelle. Elle concerne aujourd’hui des bâtiments de toutes tailles, de la maison individuelle à l’immeuble de plusieurs étages, des hangars industriels aux établissements recevant du public. On estime à 5000 le nombre de bâtiments qui sont construits en bottes de paille en France, un chiffre en constante augmentation puisqu’on recense environ 500 nouvelles constructions chaque année. C’est la filière française la plus dynamique en Europe.

Pourquoi construire en paille ?

Les avantages du matériau paille sont convaincants : la paille est disponible localement presque partout dans le monde, il s’agit d’un sous produit d’une ressource renouvelable, elle est entièrement biodégradable et son utilisation (contrairement à son incinération) contribue à la protection de l’environnement. La plante a un cycle de croissance annuel et peut être intégrée dans des rotations culturales avec des impacts positifs sur l’érosion et le lessivage des sols. Enfin, les céréales peuvent être cultivées biologiquement pour ne pas polluer l’environnement.

La botte de paille offre de nombreuses possibilités d’utilisation, principalement pour les murs extérieurs et les isolations de toitures. Les constructions en paille sont solides, durables et résistent bien aux tremblements de terre et aux tempêtes, à condition que la conception et la construction du bâtiment soient bien adaptées. Autre avantage : un mur à ossature bois isolé avec des laines minérales consomme 30 fois plus d’énergie qu’un mur comparable avec un remplissage en paille.

cst

La botte de paille est un matériau économique. Une isolation en paille coute 4 à 8 fois moins cher que d’autres isolants aux performances comparables. Il faut y ajouter les économies liées à une mise en œuvre simple et rapide à l’aide d’outils simples. La possibilité de réaliser soi-même une partie des travaux, en auto construction, entraine également une diminution des coûts.

En permettant aux futurs habitants de participer aux travaux, la construction en paille offre par ailleurs l’opportunité d’échanges sociaux. De ce point de vue, et grâce au coût modique du matériau, la construction en paille répond bien aux exigences d’un habitat économique, individuel et sociabilisant, laissant libre cours à la créativité de chacun.

maxresdefault

Les limites de la construction en paille

Tous les matériaux de construction ont des inconvénients. La paille impose des murs de grande épaisseur dus aux dimensions des ballots agricoles. Mais cela confère des performances thermiques hors pair. La paille est un végétal, donc une matière susceptible de pourrir. Pour qu’elle soit pérenne, le constructeur devra bien soigner les divers endroits susceptibles d’apporter de l’humidité, ce qui fait que cette technique de construction n’est pas forcément adaptée aux climats chauds et humides, tropicaux ou équatoriaux par exemple.

Contrairement à de nombreux préjugés, la paille n’attire pas les rongeurs. Le fait qu’elle soit compressée en bottes rend particulièrement difficile le creusement de galeries par les nuisibles. Elle résiste également mieux aux incendies que le béton armé : tandis que la paille en vrac brûle facilement, les bottes de paille compressées privent le feu de l’oxygène dont il a besoin pour se répandre.

A moins de recourir à une armature en béton ou en acier, les constructions sont par contre limitées à 4 ou 5 étages.

paille_enquete-paille_broustey-jumilhaclegrand-01

Références

  • Livres

construire-en-paille-aujourdhui

 

Astrid et Herbert Gruber. Construire en paille aujourd’hui. Terre Vivante. 11 avril 2003, 128 pages.

 

maison-en-paille

 

Gernot Minke et Friedemann Mahlke. Maison en paille. Artémis. 3 août 2009, 144 pages.

entre-paille-et-terre

 

Tom Rijven. Entre paille et terre. Goutte de Sable. 1 Septembre 2007, 159 pages.

 

  • Articles Web

Réseau Français de la construction Paille. Les constructions en paille.

Tom Rijven. Construire en paille.

Permaculture Design. Construire en paille.

  •  Vidéos documentaires

LMtv Sarthe. La paille : Un nouveau matériau de construction. 2 :29.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s