Les silos céréaliers, un patrimoine à réinventer.

Reconversion des silos de Dorrego en appartements haut de gamme.
– INNOVER POUR MIEUX VIVRE –

Dans un monde en perpétuel mouvement, l’architecture ne peut être pertinente que si elle est innovante. La reconversion de sites industriels s’inscrit dans cette mouvance novatrice. La création architecturale doit faire face à de nouvelles problématiques : explosion démographique, pénurie de logement, expansion urbaine et diminution des terres agricoles. Autant de facteurs qui poussent les architectes à s’intéresser à ces bâtiments laissés à l’abandon. Leur transformation progressive permet à la ville se re-densifier depuis l’intérieur. Qu’il s’agisse d’établissements scolaires, de bureaux, de logements, ou encore de musées, les anciens sites industriels reconvertis font désormais partie de notre paysage quotidien. Au-delà de la richesse des nouveaux usages qu’ils proposent, ces bâtiments ont souvent une forte dimension historique, qui n’est aujourd’hui plus remise en cause.

Dans les années 90 à Buenos Aires, 18 silos à grains ont été transformés en 150 lofts haut de gamme. Vingt-cinq ans plus tard, cette transformation radicale fait toujours figure d’exemple dans le domaine de la reconversion en Argentine.

  • Réhabilitation, mode d’emploi – La fascination du moulin et des silos.

Depuis les années 2000, plus de 50% du marché du bâtiment concerne le travail sur l’existant. Les raisons de ce phénomène reposent sur la conjoncture économique, qui réduit considérablement le marché de la construction neuve, ainsi que sur les nouvelles orientations de politique urbaine.

Au sens architectural, le terme de reconversion se différencie de la réhabilitation par la mise en œuvre qu’il implique. La reconversion affecte à un bâtiment un autre usage que celui pour lequel il a été conçu. Cela exprime la volonté de conserver un édifice présentant une certaine valeur patrimoniale, tout en lui redonnant une valeur d’usage. Le changement fonctionnel, qui s’opère généralement dans le respect du lieu, nécessite l’adaptation du bâti, comme par exemple la modification de la façade originelle. Par opposition, la réhabilitation consiste à réaménager un bâtiment en gardant son aspect extérieur, et en y améliorant le confort intérieur.

Dans le cadre de la reconversion d’un silo en logement, le changement est radical et spectaculaire. Il implique la création d’ouvertures, ce qui modifie considérablement l’aspect extérieur de l’édifice. Le modèle le plus rependu est constitué de cellules cylindriques pour le stockage, et de tours rectangulaires abritant les élévateurs. Parmi les premiers exemples historiques de reconversion de silos, le silo d’Akron, en Ohio, a été transformé en hôtel de luxe, puis inscrit sur la liste des bâtiments historiques en 1977. Depuis, au Pays-Bas, au Danemark comme aux Etats-Unis, plusieurs silos ont fait l’objet de reconversion en logement. L’architecture industrielle se réinvente au fil du temps jusqu’à devenir un vrai phénomène de mode. Walter Gropius voit d’ailleurs dans ces « grandes formes exactes, autonomes, claires et nettes, un véritable modèle à suivre pour l’architecture ».

  • Colegiales, un quartier en plein renouveau.

2-bis-google-maps

       Adresse : Calle Dorrego, 1916, Buenos Aires, Capital Fédérale.

Les Silos de Dorrego se trouvent dans le quartier de Colegiales. Cette ancienne usine comprend deux types de bâtiments : Un ancien moulin, avec sa façade en brique, et les silos. L’ensemble a donc été reconvertis en appartements de luxe. Afin de réaliser cette transformation, 3 agences d’architectures se sont associées : Le studio Dujovne et Hirsch, avec les architectes Bernardo Dujovne, et Silvia Hirsch ; mais également l’agence MSGSSS, avec les architectes Flora Manteola, M. Javier Sanchez Gomez, Mme Josefina Santos et M. Justo Jorge Solsona, et enfin l’agence de M. Juan Carlos Lopez qui n’existe plus aujourd’hui.

Silvia Hirsch, nous illustre l’histoire de cette transformation étonnante pour l’époque, à travers son vécu personnel.

SH : « En réalité, la première réhabilitation que l’on ait faite, c’était notre maison, une ancienne écurie en dehors de la ville. On l’a tout d’abord transformée en maison, avant de l’agrandir au fil des années. A mon avis, transformer une maison, c’est beaucoup plus difficile que de transformer un bâtiment ».

  • Un patrimoine révélé.

4-molinos-minetti-extraite-blog-molinosminetti1bbaece-wordpress-com

En 1920, la société Minetti & Cie lance la construction d’un nouveau moulin, dans le quartier de Colegiales. A cette époque, les constructions sont rares et le terrain en lui-même ne comprend aucune trace d’urbanisation. Il est entouré d’arbres, d’arbustes, de pelouse et de quelques petites maisons. Le bâtiment en brique est le premier à être édifié. La fabrique ouvre ses portes en 1923, offrant ainsi du travail à de nombreux Porteños (les habitants de Buenos Aires) et autres provinciaux. José Minetti, le fondateur, devient rapidement le 4ème plus grand producteur de farine du pays. Le terrain est connecté à la ville par une voie de chemin de fer qui permet d’acheminer rapidement les grains de farine, en provenance de la Pampa, jusqu’à l’usine. La farine est ensuite revendue à l’entreprise de pâtes Letizia située juste en face. En 1928, l’entreprise prend de l’ampleur, et le complexe s’agrandit avec la création de nouveaux bâtiments et d’une autre batterie de silos. Quelques décennies plus tard, les méthodes de productions évoluent, et les machines deviennent vétustes et délabrés. L’incendie survenu en 1960 n’a fait qu’aggraver l’obsolescence de l’usine. Le site est progressivement abandonné jusqu’à sa fermeture définitive dans les années 70.

En 1993, le vieux moulin Minetti et les silos échappent à la démolition. C’est alors que la grande résidence de luxe, Los Silos de Dorrego, est créée.

SH : « Au départ, c’était la campagne, il n’y avait presque rien autour de l’usine ! Et quand on a récupéré le bâtiment, il était totalement abandonné ».

Désormais, la résidence permet non seulement de conserver cette architecture d’une autre époque mais aussi d’alimenter la nouvelle identité de la zone. Le bâtiment est d’ailleurs représenté sur le blason officiel du quartier, signe de son importance particulière.

  • Le phénomène du loft – un secteur innovant.

5-int-appartement-buenos-aires

Les silos et l’ancien moulin Minetti accueillent désormais un ensemble atypique de lofts et de bureaux. Le phénomène du loft est apparu dans les années 50 aux Etats-Unis. De jeunes artistes américains investissent des bâtiments industriels abandonnés à New York, San Francisco, ou encore Chicago. Ils profitent alors d’une surface importante, pour un loyer dérisoire. Cette pratique marginale est souvent illégale. Les règlements de l’époque n’autorisent pas l’aménagement d’usine en habitations. Cependant, ces bâtiments à usages professionnels induisent un nouveau rapport à l’habitat. Les espaces sont vastes et lumineux, les structures sont laissées apparentes : Le phénomène des lofts est né !

Ce mode de vie un peu bohème est vite récupéré par une bourgeoisie en quête de nouveauté. La reconversion de sites industriels en logement devient une conception architecturale élitiste. Le loft est élevé au rang de phénomène de mode. Il suscite néanmoins un nouvel intérêt pour les bâtiments industriels.

Les lofts des silos de Dorrego sont assez grands. Certains mesurent jusqu’à 600m2. Construits à la manière des lofts newyorkais, ils ne possèdent que très peu de divisions internes. La restructuration intérieure du moulin en briques a permis la création de grands espaces continus d’environ 30 mètres par 80.

Les façades extérieures du moulin ont été conservées. Les appartements sont tous mono-orientés, et s’articulent autour de circulations centrales. La structure d’origine s’étend sur 5 niveaux. Elle est désormais traversée par de nombreuses poutres, colonnes, ponts et autres escaliers métalliques, le but étant de recréer le caractère industriel original du lieu. La structure d’origine correspond aux usages premiers du bâtiment. Pour cette raison, après restructuration, les espaces sont très différents, aussi bien en plan qu’en coupe. Certains d’entre eux bénéficient d’une grande hauteur sous-plafond, offrant la possibilité de créer une mezzanine.

SH « J’aime beaucoup la réhabilitation d’anciens bâtiments. C’est à la fois compliqué car il y’a plus de contraintes, mais en même temps très intéressant puisque l’on cherche les solutions ».

Cette métamorphose, qui se veut élégante et moderne, incarne le point de départ du changement urbanistique de la zone. Actuellement, le terrain possède encore quelques arbres mais il est surtout entouré de nombreux logements collectifs, et de maisons individuelles. On peut également noter la présence du Distrito audiovisual, centre de promotion audiovisuel de la ville qui donne une nouvelle dynamique au quartier. La célèbre féria de design CASA FOA investit la résidence dès son ouverture. Il s’agit d’une surprenante vitrine de nouveautés en termes de conception intérieure.

  • Un véritable défi technique pour les architectes !

6-appt-bs-aires

Conseillé structurel : Ing. Alberto Fainstein – Cons. Installations électriques : Alberto Egea – Cons. Installations sanitaires :  Alberto Geijo.

Le silo est un bâtiment remarquable, offrant de multiples nouveaux usages. Néanmoins, sa reconversion implique un certain nombre de contraintes liées à sa morphologie plutôt contraignante. Dans le cas des Silos de Dorrego, le bâtiment était complétement abandonné. Pour cette raison, il a fallu détruire une partie du moulin pour permettre sa reconversion. Ainsi, l’ancienne structure en béton et la nouvelle structure métallique s’imbriquent l’une dans l’autre. La superficie ainsi construite s’étend sur près de 15.000m2. De nombreux planchers ont été créés, car l’édifice originel n’était pas en condition, comme nous l’explique Mme Hirsch :

SH : « La structure principal et les fondations sont en bétons armé, mais à l’intérieur des silos, il n’y avait aucune structure. C’était totalement vide ». 

De plus, le béton extérieur n’était pas d’une grande qualité visuelle. Il a donc été retravaillé à l’aide de cintres en acier. De nombreuses ouvertures ont été réalisés avec notamment la création de balcons afin de permettre aux habitants de bénéficier d’un espace extérieur. En réalité, la physionomie courbée des bâtiments ne permettant pas d’effectuer de très grandes ouvertures, la taille de celles-ci dépend de la capacité d’ouverture du silo, calculée par les ingénieurs.

SH : « On a d’abord fait à notre idée, puis on a contacté l’ingénieur. On doit souvent revenir en arrière par rapport au projet initial, car on ne se sait jamais réellement ce qui se passe dans la structure ».

Les espaces entre chaque silo ont été utilisés pour les toutes les canalisations verticales. En effet, dans le cadre de la reconversion d’un bâtiment en béton, il est difficile de faire passer les fluides dans les murs.

SH : « On apprend beaucoup de chaque réhabilitation, et notamment en termes d’installations. Chaque projet nous a aidé à améliorer le suivant ».

Au dernier étage des silos, se trouvent quelques petites habitations surprenantes avec leurs toits en pentes. Ces structures métalliques, avec une couverture en zinc déjà existants lors de la réhabilitation, ont simplement été rénovées car elles étaient en très mauvais état.

  • Un cadre de vie agréable – espaces communs et espaces extérieurs.

Les habitants profitent également d’un certain nombre d’espaces en commun avec notamment un centre communautaire, un bar, un restaurant, un solarium, un gymnase et d’autres installations sportives. Un grand espace extérieur est également à leur disposition. Le jardin accueille notamment une piscine climatisée, ainsi qu’un terrain de paddle. Un parking extérieur pouvant accueillir 160 véhicules fait également partie des services aux résidents. La sécurité est assurée 24h/24 aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur de la résidence. La parcelle de la résidence est certes conséquente, car elle occupe quasiment tout le pâté de maison, néanmoins, une petite partie du terrain a été vendue avant même le début du projet, le long de la rue Conception Arenal. Sur ce petit bout de terrain, une seconde résidence a finalement été construite. Elle reprend les codes volumétriques des silos, mais ne vous y trompez pas, il s’agit bien d’une résidence moderne, et non d’une réhabilitation.

8-appt

On peut dire que les répercussions de cette reconversion sont plutôt bénéfiques pour les habitants. La fermeture de l’usine a certes engendré le chômage de nombreux travailleurs, mais son changement de fonction redonne indéniablement vie au bâtiment. Par ailleurs, la création de logements collectifs est une bonne alternative à la construction de maisons individuelles, qui prolifèrent au nord de la capitale. Par ailleurs, l’agence Dujovne et Hisch est à l’origine de la transformation de nombreux bâtiments industriels à Buenos Aires. Tous ces cas de reconversions sont différents, la manière de procéder également.

SH : « Ce n’est pas facile d’allier l’ancien et le nouveau, mais lorsque l’on change pour quelque chose de nouveau, notre geste architectural se veut toujours plus moderne ».

Les Silos de Dorrego ont apporté ce grain de modernité au quartier. Même après 25 ans d’existence, ce bâtiment alimente toujours la flamme de l’imaginaire collectif. Un imaginaire lié au passé industriel de la ville, d’autant plus flagrant à Puerto Madero, ancien port de la ville, dont les docks ont également été reconvertis en logements. Contrairement au projet des silos, ici, l’aménagement de l’espace public autour des docks, favorise la cohérence urbaine du quartier. Depuis, les gratte-ciels ont peu à peu envahis la zone, provoquant un contraste architectural fort avec les bâtiments historiques. Puerto Madero est désormais un quartier touristique et résidentiel, bien loin de son histoire portuaire originelle. Il s’agit donc d’une toute autre reconversion, résolument plus moderne de par son impact urbain.

Ecrit par Morgana Borrull.

Article réalisé sur la base de l’interview de l’architecte Mme Silvia HIRSCH, le 13 Juillet 2016.

Sites internet :

http://www.dujovne-hirsch.com/

http://www.modernabuenosaires.org/obras/90s/silos-de-dorrego

Articles web :

https://molinosminetti.wordpress.com/

https://insitu.revues.org/11745

Livres :
Dujovne.Hirsch en el Museo National de Bellas Artes, Presidencia de la nación secretaria de cultura.

ppa-dujovne-hirsch-intra_47121

 

La parola prima dell’ architettura, the Word befor architecture, Dujovne, Hirsch, La ristrutturaziones del panorama urbano. Di baio editore.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s