L’eldorado des plateformes pétrolières

Plusieurs constats poussent les architectes à s’approprier ces mégastructures : la montée des eaux profondes, l’obsolescence des plateformes pétrolières, le démantèlement trop couteux et l’obligation de démantèlement une fois l’extraction achevée. Les plateformes pétrolières ont une durée de vie moyenne de 30 ans c’est pourquoi en 2013 la plateforme HULDRA statoil située en Mer du Nord décrite comme un bien immobilier a été mise en vente pour un euro symbolique. Chaque plateforme doit trouver une autre utilité ou bien être relocalisée, mais cela s’avère trop onéreux pour les entreprises qui doivent déjà subir l’arrêt de leur production. Leur implantation est aussi très intéressante pour les architectes car ces objets sont situés dans des aires géographies uniques. Afin de comprendre les potentiels de ces mégastructures il faut en connaître leur fonctionnement. Nous verrons ensuite ce que les architectes ont déjà proposé pour les rénover.

NORWAY-OIL-ACCIDENT-FILES
(FILES)A picture taken December 13, 2007 shows the Statfjord A platform (background) and the loading buoy (foreground right), in the North Sea. More than 300 oil workers were evacuated on December 31, 2015 after a huge barge broke its moorings in stormy weather and began drifting towards two major North Sea oilfields, Norway’s NTB news agency reported. / AFP / SCANPIX NORWAY / HOMMEDAL MARIT

Les différents modèles de plateformes

Les plateformes pétrolières offshore sont réparties un peu partout sur le globe. Il y en a environ 15 000 déjà construites. On en trouve en quantité principalement dans quatre zones – plus de 4000 dans le Golfe du Mexique, 600 en Mer du nord, et une grande quantité dans la mer caspienne et dans la mer de Chine. La majorité des structures ne dépasse pas 250m de profondeur et se trouve donc aux abords des littoraux ou dans les eaux peu profonde. Celles-ci sont généralement reliées à une plateforme centrale qui collecte le pétrole ou le gaz via des pipelines connectés comme des satellites et en lien avec la Terre. Un réseau de tuyaux sous-marins est mis en place pour permettre l’acheminement d’autres flux jusqu’aux plateformes une fois l’exploitation du pétrole terminée. Pour les plateformes de haute mer pouvant aller jusqu’à 2300 mètres de profondeur, elles sont ravitaillées par des cargos.

Il existe de multiples structures de plateformes qui s’adaptent en fonction de l’usage, de la profondeur de l’eau, du climat et du courant. Ces structures sont conçues par les ingénieurs pour être le plus efficace et fonctionnel possible. Ces constructions fixes ou flottantes ont toutes la capacité d’accueillir l’homme (eau, électricité, chauffage, etc). La plateforme pétrolière se compose de 2 éléments. La partie immergée ancré dans le sol sous-marin ou laissée flottante, puis la partie émergée qui rassemble les espaces de vie et de production. Le recyclage de ces structures permettrait de gagner du temps lors de leur réhabilitation dans la construction en milieu marin.

plateformes_offshore_zoom

La réhabilitation des plateformes

Concernant la réhabilitation des plateformes, de nombreux concours sont lancés et les architectes ne manquent pas de projets intéressants. Certains projets très utopiques, comme la Noah Oasis, offrent des reconversions étonnantes. Ce projet réalisé par les architectes chinois Ma Yidong, Zhu Zhonghui, Qin Zhengyu et Jiang Zhe a reçu la mention honorable pour le concours des gratte-ciels en 2015. Les plateformes qui autrefois détruisaient l’écosystème lors de catastrophes se transforment en tour verticale et en bio habitat qui régénère les espaces naturels qu’ils endommagent durant l’extraction du pétrole. Le projet se déroule en trois temps. Tout d’abord, la plateforme originelle devient un centre de réacteur qui récupère les fuites de pétrole tandis que la tour de forage se transforme en bâtiment de centre de recherche aquatique. Puis la structure immergée devient un récif de corail propice à la vie sous-marine, tandis que la partie émergée sert de halte aux oiseaux migrateurs. A terme, the Noah Oasis deviendrait un projet où les populations ayant subi des désastres climatiques comme la montée des eaux pourraient se réfugier.

Certaines agences ont réussi à rendre leur solution très concrète. En 2009, Margot Duclot Architectes Associés ont réalisé un projet intitulé Oslo Nomaad. Il fait d’une une plateforme pétrolière le musée national d’art à Oslo (Norvège). La ville favorise les espaces verts et qualitatifs afin de conserver la beauté des fjords et des forêts, ce qui les a poussé à construire sur la mer par manque de terrain disponible. La structure de la plateforme peut être déplacée jusqu’à Oslo grâce au remorquage à l’aide de supertankers. L’agence démontre ainsi qu’elle fait réaliser des économies car plutôt que de construire une nouvelle structure, une grande partie de la plateforme est recyclée.

margotduclot-architecte-associe

« Plus généralement, partout dans le monde, pendant que nous construisons des bâtiments, d’autres, simplement hors d’usage, sont laissés à l’abandon ou détruits. Transformer c’est durer » Margot Duclot Architectes Associés

En 2008, l’agence Mooris Architects a été lauréate du concours Radical innovation in hospitality en proposant la réhabilitation d’une plateforme pétrolière en hôtel et SPA. Basée dans le Golfe du Mexique, la plateforme deviendrait autosuffisante en produisant sa propre énergie à partir du soleil, du vent et du courant marin. Le défi de ce projet est de transformer la perte et les déchets de la structure en un lieu attractif et luxueux à l’écart des regards indiscrets.

morris-architecte

La réhabilitation des plateformes pétrolières est un problème important. Le climat très variable et les épreuves de la haute mer rendent encore difficile la concrétisation de ces projets ambitieux. Les architectes continuent cependant d’inventer des solutions afin de rendre ce rêve possible. Jacques Rougerie est l’un des plus célèbres. Il a dévoué toute sa carrière à l’exploration de ces architectures de la mer. Aujourd’hui, sa fondation encourage les jeunes architectes à prendre sa relève et à imaginer les espaces de la vie marine de demain.

Bibliographie

Livres

BEC Christophe, RAFFAELE Stefano, Deepwater Prison, Paris, Soleil, 2014.

WHITE Masson, BHATIA Neeraj, PRZYBYLSKI Maya, SHEPPARD Lola, Infranet lab/ Lateral office, Coupling stratégies for Infrastructural Opprotunism , Pamphlet architecture 30, Princeton Architectural Press, New York 2011.

WILLEMIN Véronique, Maison sur l’eau, Paris, 2008.

LIEB Stéphanie, KLEIN Caroline, Futuristic : visions of futur living, Cologne, 2011.

LOVAG Antti, ROTTIER Guy, ROUGERIE Jacques, VALFORT Thierry, Vivre autrement 4 prospecteurs d’Avenir : Our quest for the future, Paris, 1999

SLAVIA Ruth, Architecture des limites : construire en milieu hostile, du désert au vide interplanétaire, Paris, 2009

 

Articles de revue

New nordic landscape, Topos : European Landscape magazine, Publié en juin 2010, Paris,  N°71

 

Articles Web

DUCLOT Margot Architectes Associés, Oslo Nomad. Disponible < Ici > Consulté le 02 décembre 2016

MOORIS Architectes, Radical Innovation in hospitality. Disponible < Ici > Consulté le 02 décembre 2016

eVolo, Noah Oasis : Rig to vertical Bio-Habitat. Disponible < Ici > Consulté le 01 décembre 2016

 

Vidéos documentaires

AFP, Jacques Rougerie, un architecte de la mer « immortel », 2 min 45. Disponible < Ici > Consulté le 02 janvier 2017

Ce n’est pas sorcier, Plat-forme pétrolière, 26min 01. Disponible < Ici > Consulté le 30 décembre 2016

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s