Inviter la nature en ville (Buenos Aires)

elevation

L’agence « Planta » de Ana Rackovsky et arq. est une agence de femmes architectes qui déclarent vouloir concilier leur vie professionnelle et leur vie en tant que femme et mère.

Le bâtiment de logements Vilela prend le parti de transformer une œuvre bâtie en élément naturel. Pour l’Argentine, sa dimension écologique est particulièrement novatrice. Elle démontre que l’architecture peut être une réponse au problème écologique qui nous touche aujourd’hui sans laisser de côté la dimension humaine et le confort.

Le projet consiste en une boite de verre entourée d’un rideau de plantes soutenu par une structure métallique simple. La façade se présente comme un concept utile et intelligent. Cette boite permet d’avoir une vue panoramique sur l’extérieur tout en protégeant l’intimité par le rideau végétal. La lumière peut ainsi entrer à l’intérieur, et l’habitant peut contempler l’extérieur sans que le passant ne puisse l’observer.

L’espace d’environ 45cm entre la paroi de verre et le mur végétal est appelé « buffer » par les architectes. Il tempère l’atmosphère intérieure en créant un climat frais même les jours les plus chauds. La végétation permet de protéger les habitants du soleil tout en intégrant une dimension écologique.

Entretenu par un arrosage automatique, le rideau végétal change d’aspect au gré des saisons. Il est possible de tailler le rideau végétal selon que les habitants souhaitent laisser passer plus de lumière ou au contraire se dissimuler derrière plus de végétation.

foto2

Le projet se situe sur un terrain trapézoïdal. En forme de U, il s’ouvre sur des voies de train. La dizaine d’appartements sont tous différents. Ils vont du simplex de 35m2 au duplex de 160m2. Le RDC sert d’accès et de parking aux habitants. L’intérieur des appartements est libre de mobilier sauf quelques détails en bois qui répondent au parti pris de l’immeuble.

Près de dix ans après sa construction, ce projet reste un des seuls bâtiments dans la ville à tenter une approche écologique. Dans un contexte de logements collectifs et standardisés, le projet est d’autant plus appréciable qu’il permet d’être personnalisé.

A Buenos Aires où l’architecture moderne est encore de rigueur et où la conscience écologique n’est pas encore entrée dans la culture et les habitudes, ce type de logement est particulièrement novateur.

 

 

Bibliographie

Guia Arqi • App d’architecture pour la ville de Buenos Aires

http://arqi.com.ar/edificio/edificio-vilela/

http://www.anarascovsky.com/arquitectura-obras/ancon

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s