Vivre sur le fleuve en Argentine

 

La ville de Buenos Aires face au Rio de la Plata

Dans les premières décennies du XXe siècle, l’omniprésence du rio à Buenos Aires offrait un environnement géographique et naturel exceptionnel. Balades balnéaires, bars, sable, parcs de sculptures et fontaines faisaient partie de la ville. Les habitants admiraient leur fleuve.

C’est à partir des années 1950 que la ville a commencé progressivement à tourner le dos au rio. Parallèlement, la qualité de l’eau et de l’entourage balnéaire commençaient à se détériorer. Aéroport, port et dépôts industriels remplaçaient les promenades côtières.

Les conséquences furent lourdes, aussi bien en terme d’esthétique qu’en terme environnemental. La fermeture de la voie de chemin de fer qui parcourait la côte mit un point final à l’ouverture de la ville sur son fleuve.

Ce n’est qu’aujourd’hui que l’ouverture de la ville sur le Rio est vue comme un indiscutable potentiel pour améliorer le quotidien des habitants.

 

Puerto Madero

Une concrétisation de cette volonté d’ouverture et sans doute la mieux réussie est Puerto Madero, à l’est de la ville.

Le quartier doit son nom à Eduardo Madero qui présenta trois projets de port. Celui de Puerto Madero, moderne et novateur pour son époque, fut accepté par le plus grand nombre. Digues et ponts giratoires étaient une nouveauté pour tous et démontraient une prouesse technique nationale.

Une fois Puerto Madero devenu obsolète, le secteur est entré en décadence en accumulant les zones de dépôts et de terrains vagues. Ce n’est qu’à la fin du XXe siècle que la ville appelle à projet pour reconstruire et redonner une âme à ce secteur. Le résultat, étonnamment moderne et réussi, comprend une grande expansion commerciale, de nombreux bureaux, des logements et une grande université. Calatrava a laissé son empreinte avec le Pont de la Femme, une belle œuvre d’ingénierie. Le projet de Puerto Madero reste pour l’instant le plus grand projet concrétisé de Buenos Aires pour s’ouvrir au Rio.

 

Le projet

Fabian De Martino et Victoria Carrasco sont intervenus à plus petite échelle. A Buenos Aires, de nombreux quartiers privés sont construits. Ces quartiers fermés fonctionnent de la même façon qu’un quartier classique. On y trouve les mêmes services, à cette différence que la sécurité et l’élitisme y sont renforcés : pour y pénétrer, il faut appartenir au quartier ou y être invité.

Ayant pris conscience du potentiel inutilisé du Rio, De Martino et Carrasco ont opté pour un concept novateur et osé. Après un voyage en Europe, le designer graphique et l’architecte ont importé l’idée de vivre sur l’eau à l’image des péniches sur la Seine ou des maisons sur l’eau des Pays Bas.

L’envie d’un contact direct avec la nature, de contempler le ciel, de vivre en harmonie avec le paysage, les a poussé à entreprendre ce projet sur l’eau. Ils se sont d’abord attaqués en janvier 2016 aux questions juridiques, puis ont décidé d’implanter leur projet au nord de la ville, dans le quartier de San Fernando.

Leur projet se base sur un modèle de maison de 72m2 en duplex, préfabriqué et certifié par la Préfecture navale. Ecologique, il est construit avec des panneaux thermiques. Une version plus élaborée comprend des panneaux solaires. Les toilettes fonctionnent comme celles d’un bateau. Les maisons sont construites dans un chantier naval proche.

Le quartier compte aujourd’hui 4 maisons, chacune spécifique. Elles se nomment : Victoria, Infinit View, Alegra et Alf. Les deux entrepreneurs cherchent à agrandir ce début de quartier flottant. Leur concept initial était un quartier fermé afin d’offrir et de garantir un service complet de sécurité, d’entretien et de communauté. Cependant, il est possible d’acquérir une maison préfabriquée et de l’installer là où le client le souhaite.

 

S’il existe déjà en Europe, à Paris ou en Hollande, le concept est très novateur en Argentine. L’ouverture vers le Rio montre une volonté nouvelle d’entretenir un meilleur rapport de la ville au fleuve et à la nature environnante.

 

im1

Bibliographie

http://www.lanacion.com.ar/1781697-vivir-en-el-agua-casas-flotantes-y-en-contacto-con-la-naturaleza

https://permatelemaiz.wordpress.com/quieres-vivir-en-una-eco-aldea/

http://www.perfil.com/sociedad/como-es-la-vida-en-el-primer-barrio-flotante-de-la-argentina-1213-0067.phtml?utm_source=redir_url_legacy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s