Logements fragiles

Papier froissé, plastique fragile, filet fin… il est non seulement possible de construire un bâtiment avec ces matériaux fragiles, légers, brillants, esthétiques, mais ils peuvent être aussi solides que le béton ou la brique. Ces matériaux ordinaires expriment aussi un charme indéfinissable.

Le béton remplacé par du carton

Lors des grandes catastrophes, non seulement les bâtiments s’effondrent mais les victimes sont touchées, devenant brutalement des sans-abris. La reconstruction prend également beaucoup de temps. La mission des architectes est de dessiner dans l’urgence des refuges pour y installer les victimes et de leur offrir une ambiance relativement apaisante. Dans ce domaine, l’architecte japonais Shigeru Ban est le plus reconnu. Il a remporté le Pritzker pour ses architectures de cartons et leurs contributions dans les opérations de secours d’urgence.

Les méthodes de construction des maisons de papier à Kobe, en Turquie et en Inde étaient complexes. Leur mise en œuvre prenait beaucoup de temps. Il n’en est pas de même pour les abris temporaires construits en 2013 après les ravages du typhon Haiyan (appelé localement Yolanda) à Daanbantayan et à Cebu aux Philippines. Leur conception a incorporé un système de connexion appelé « Système de Partition du papier » qui a permis de simplifier la construction et réduire le temps de construction. Les fondations sont faites de caisses de bière remplies de sacs de sable, tandis que les planchers sont faits de panneaux de contreplaqués de noix de coco. Sur le cadre en tube de carton est appliquée une feuille de bambou tressée facile d’utilisation. Le toit est couvert à l’aide de chaume de palmiers Nypa posés sur des feuilles de plastique.

Plastique au lieu de Béton

Ce refuge hivernal est composé de six modules disposés en quinconce. La structure est réalisée sur la base de vérandas de bois revêtus d’une membrane transparente en matière plastique. L’habitat reste en étroite relation avec l’environnement enneigé.

Hidemi Nishida: «À travers tous mes projets, je crée des lieux qui protègent de l’environnement mais j’essaie aussi de tirer partie de ses aspects les plus joyeux. Voici comment je conçois les projets finis : je pense qu’ils doivent avoir une fonction de maison, mais ils ne devraient pas être exactement une maison. Je pense qu’ils devraient être quelque chose comme un abri temporaire. Cet abri hivernal temporaire favorise la rencontre entre les gens et les laisse se sentir en contact avec la forêt enneigée. Cette fonction est fragile comme un refuge dans la nature sauvage qui nous met un peu mal à l’aise. Mais une fois qu’un certain nombre de personnes s’y rassemblent, on peut obtenir une sensation merveilleusement agréable. L’abri devient un lieu d’empathie » .

Une corde pour mur

La « salle en cordes » est un bâtiment en partie composé de chanvre. Les architectes, qui font des abris en corde, ont fait plusieurs fois l’expérience de ce matériau avec les enfants. Des troncs d’arbre sont entourés par une corde en chanvre blanc qui sert à la fois de parois et de structure du bâtiment. Cette architecture ne procède d’aucune esquisse. L’architecte commence à tresser un espace entre les arbres, puis les enfants se joignent à lui pour le développer. Aux yeux des enfants, faire de l’architecture est devenu un jeu dans la forêt. Sa structure expérimentale, ses parois en cordes de chanvre et son espace intérieur les attirent spontanément. Ce type de construction en cordes réinvente l’architecture et repousse ses limites. Il pose les questions suivantes : qui conçoit ? qui construit ? quel type de structure ? à qui cela est destiné ? L’architecte fournit un moyen de construire, les troncs d’arbre suggèrent une forme et les enfants fabriquent eux mêmes, se faisant aider par leurs parents pour la conception.

Construire avec des matériaux fragiles peut déboucher sur de grandes innovations. En découvrant les capacités de matériaux comme ceux utilisés par Shigeru Ban, certaines constructions peuvent devenir permanentes, résistantes et durables. Même réalisées dans un matériau aussi pauvre que le carton, il s’en dégage un charme immense. Si l’inspiration créative est précieuse, la compréhension de la matière et le contrôle de sa mise en œuvre sont parfois encore plus importante.

Référence:

livre:

        « Shigeru Ban » ,1 mars 2006 ,étidé par Matilda McQuaid

        « Hidemi Nishida, fragili estemporaneita » , Lié à « Casabella » , 2014, juin, no 838 , édité par Martin, Jean-Marie.

        « Silk house » , Lié à « World Architecture » , 03, 2015,  Page104-107      

vidéo:

         https://vimeo.com/20244167

         https://www.youtube.com/watch?v=3vVutctCyoA&index=14&list=PL-WxGSocDqLe4HE54Fh7ewyDl6MgHFESm

site:

      http://hdmnsd.com/works-spatial-works/fragile-shelter/

      http://www.shigerubanarchitects.com/works/2014_PaperEmergencyShelter-Philippines/index.html

      http://www.archdaily.cn/cn/778663/si-fang-mu-wei-mo-qian

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s