L’AVALON

Le film de fiction  »Passengers » sorti le 21 décembre 2016 explore les périples interstellaires. Plus de 5000 passagers plongés dans une hibernation artificielle voyagent dans l’espace à bord du vaisseau spatiale Avalon. Un long périple de 120 ans vers Homestead II, une nouvelle planète qui devrait remplacer la terre devenue invivable. Mais un des passagers est accidentellement tiré de son sommeil 90 ans trop tôt, il doit alors se résoudre à l’idée de passer le restant de ses jours à bord d’Avalon.

ultimate-passengers-guide-news-trailers-release-date-all-you-need-to-know

 

Toute l’intrigue du film se déroule à bord d’un vaisseau spatial à l’architecture fascinante. De telles prouesses technique et architecturale sont-elles concevables ? Il ne fait aucun doute que le vaisseau est inspiré de réalisations scientifiques tout à fait réelles.

Selon l’équipe de production, le dessin de ce vaisseau relève de l’exploit. Guy Hendrix Dyas, l’auteur de sa conception architecturale, n’en est pas à son coup d’essai. Il est l’auteur des mondes imaginés pour Matrix, Inception ou Indiana Jones. Dans le cas de Passengers, il était demandé de crée un vaisseau éphémère destiné à deux personnages en perdition dans l’espace condamnés à y vivre le restant de leurs jours. Il était donc nécessaire de créer une architecture pseudo scientifiquement valide ou qui du moins se rapproche le plus possible de la réalité spatiale que nous connaissons.

passenger12

Le spectateur est aujourd’hui très informé et exigeant vis-à-vis des détails. Il n’acceptera pas d’être dupé par un simple bouton  »anti-gravité » comme dans Star Wars. Entre autre, l’architecte se doit de respecter les progrès réalisés par la science. Pour ces raisons, après maintes recherches de la part de l’équipe de production, le vaisseau a pris l’allure d’une utopie architecturale plausible.

Le scénario du film joue également un rôle dans le dessin de l’environnement. Pendant près de la moitié du film les deux personnages principaux ne s’adressent pas la parole. Il nous est donné de percevoir l’immensité de l’espace intergalactique et de découvrir les hélices habitables du vaisseau. Puis les personnages se cherchent et s’observent dans un vaisseau de plus d’un kilomètre de long.

Il est intéressant de relever les contraintes que pose la construction spatiale (comparés aux contraintes des architectes sur terre). Celle-ci est contrainte non seulement par la compacité de l’espace habitable, par l’aérodynamisme de l’engin spatial qui doit se propulser dans l’atmosphère. Cela crée des espaces privés assez confinés, tel que les chambres capsules.

Passengers
Jennifer Lawrence stars in Columbia Pictures’ PASSENGERS.

 

Dans la troisième partie du film, les personnages viennent à bout du problème technique qui les a tiré de leur hibernation artificielle, mais ils ne peuvent cependant plus se rendormir. Acceptant leur sort, ils créent leur propre univers au sein du vaisseau. Ils s’approprient la surface à l’aide de débris spatiaux et de leur banque de graine pour la réinterpréter de manière poétique. Ils iront jusqu’à modifier les logiciels des ordinateurs et des robots, à la plus grande surprise des 5000 autres passagers qui ne se réveillent que 90 ans plus tard…

 

screen-shot-2017-01-15-at-12-34-29-am

 

Références:

Vidéo :

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s