TRANSFORMATION HOUSE Michael Jantzen

A l’origine, Michael Jantzen est artiste. Certains projets ont été exposés au National Building Museum, au Canadian Center for Architecture, à la Harvard School ou au MOMA à New York. Il aime pourtant se présenter comme architecte. A l’heure où la crise climatique s’est invité dans la recherche architecturale, ce créateur imagine notamment une architecture futuriste et avant gardiste modulable et transformable, adaptée aux besoins de chacun.
Si ses projets semblent sortir tout droit d’un film de science fiction, grâce aux logiciels de modélisation 3D comme 3Ds max, il propose de nouveaux modes de vie tout à fait réalistes. Des formes organiques extraordinaires et mobiles s’assemblent pour contenir un espace habitable ou une salle d’exposition. Par l’assemblage de matériaux pliable ou emboitable, il imagine du mobilier multi-fonctionnel : une chaise se transforme en tabouret, les pieds d’une table se modulent pour former une nouvelle table.
Bien que ses projets sont pour la plupart non réalisés, Michael Jantzen intègre les questions du coût, du choix des matériaux et, d’une manière générale, de la faisabilité de ses projets. Ses « maisons » sont mises en mouvement par des procédés manuels ou automatiques. Elles réinventent entièrement la question de l’habitabilité.

Grâce à des mécanismes de type turbine, les projets ont en commun la possibilité de se transformer afin d’exploiter au mieux les énergies premières. C’est le cas de la Transformation House.
La Transformation House, projet expérimental et interactif, est le fruit d’une recherche que Michael Jantzen mène dans tous ses projets.
Comment habiter une maison dont les énergies peuvent être utilisées de manière responsable ? Comment réinventer la question même d’habiter ?
A première vue, et sans connaissance de l’échelle du projet, nous aurions pu penser que cet objet pourrait se ranger dans une boite à outil. En effet, rien n’indique la fonction d’habiter. Pas de fenêtre, ni de porte d’entrée à proprement parlé. Pas d’indice qui nous permet d’identifier le bâtiment. Seulement des pièces qui s’assemblent et qui semblent tourner autour d’un axe.
Il semblerait que l’entrée du bâtiment soit située à une extrémité de cet axe. Les photos du projet nous montrent que les 5 pièces semblables et de forme organique peuvent s’articuler autour de l’axe et modifient la silhouette du bâtiment.

Ces 5 sections rotatives ont plusieurs fonctions. Elles permettent de récupérer l’eau de pluie, d’obtenir de nouvelles vues depuis l’intérieur, d’apporter de la chaleur ou à l’inverse de se protéger de fortes chaleurs, par le simple fait de tourner ces sections.
Cette turbine, que Michael Jantzen développe sous la forme de 5 éléments rotatifs, pourrait être multipliée afin d’agrandir l’espace intérieur de la maison. C’est en effet l’axe de rotation de cette turbine qui constitue l’espace vivable de la maison.

michael-jantzen-transformation-house-9_0902D8021E01316422

Quand à l’intérieur de cette maison, il est laissé entièrement vide. Deux espaces, haut et bas communiquent par le plancher en verre. Les mobiliers peuvent être rangés dans les parois des éléments rotatifs. De manière mécanique ou manuelle, le simple fait de tourner ces éléments modifient entièrement l’aspect intérieur de la maison. Les habitants peuvent ainsi participer aux apports passifs écologiques de la maison. Construite d’un acier léger partiellement recouvert de cellules photovoltaïques afin de produire l’électricité pour les besoins internes de la maison, la Transformation House intègre tous les paramètres nécessaires à un projet écologique et abordable pour tous.
Le travail de Michael Jantzen se situe plutôt dans un but conceptuel. Il ne réalise pas de plans d’architecte, mais son dessin sur logiciel 3D nous permet d’imaginer et de nous représenter les caractéristiques principales des projets. Les espaces conceptualisés restent pour la plupart vides à l’intérieur.
De nombreux projets expérimentaux du même architecte comme la Power House, la Orbiting Eco-House ou la R-House restent au stade de concept et il sera bientôt possible de les réaliser. Tous ces projets ont en commun leur système de construction modulaire et dont les modules peuvent tourner ou se déplacer de manière à bénéficier de toutes les énergies primaires.

Bibliographie

Dominique Loreau, Vivre heureux dans un petit espace, FLAMMARION (06/01/2016)

  • Articles Web

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s