BRASILIA, A-t-elle été conçue pour durer ?

Brasilia a été planifiée comme une ville idéale moderniste, fondée ex-nihilo sur un plateau vide situé au centre exact du Brésil. L’idée d’une nouvelle capitale au centre du pays, à l’abri des attaques maritimes et proche de toutes les villes du pays remonte au début du XIXe siècle. Depuis le repli au Brésil du roi du Portugal Dom João VI, durant l’Empire, les débuts de la République (1889 – 1904), sous l’Estado Novo de Getulio Vargas et la nouvelle République (1930-1955), beaucoup de projets ont été pensés mais c’est finalement Juscelino Kubiteschek (Président de 1956 à 1960) qui a fait de ce rêve une réalité.

Un concours est lancé le 30 septembre 1956, et le résultat annoncé le 15 mars 1957 ; le projet de Lucio Costa1 rendu à la dernière minute sur 11 pages dactylographiées, accompagnées d’un plan, est sélectionné parmi 41 projets. Ce projet repose sur le croisement de deux axes ; l’un destiné aux activités économiques, politiques et culturelles et l’autre destiné au logement ; un projet extrêmement simple et rationnel. Le dessin de la ville sous la forme d’un avion fait de Brasilia l’image d’un Brésil prenant son envol, sortant de l’âge colonial pour entrer dans l’ère moderne.
La construction commence sur les chapeaux de roues et la ville est inaugurée le 21 Avril 1960 ; entre équinoxe et solstice, cette cité ex-nihilo est une utopie politique et sociale.
Lucio Costa imagine une ville où les différences sociales sont effacées, et les fonctions de la ville (travail, activités et habitations) sont séparées pour une meilleure qualité de vie. C’est ce principe de séparation qui fait de Brasilia une ville unique au monde ; les rues ne sont pas pleines, les quartiers ne sont pas remplis d’activités, les coins de rue n’existent pas… Cette organisation ressemble plus à celle d’un campus qu’à celle d’une ville. Tout est zoné et catégorisé, rien n’est mélangé.

Aujourd’hui, avec presque trois millions d’habitants, Brasilia est la quatrième agglomération la plus peuplée du pays. Son problème est qu’elle a été prévue pour accueillir 500 000 habitants2 et, depuis son classement par l’Unesco au patrimoine mondial de l’humanité en 1987, aucun changement n’est envisageable, elle est condamnée à rester « congelée » dans les années 60. Sa population a donc dû se loger en périphérie, ainsi, une vingtaine de villes satellites entourent aujourd’hui Brasilia. La centralisation des activités dans l’axe monumental de la ville étant toujours effective, chaque jour, matin et soir, le plan pilote inspire et expire ses travailleurs. Le modèle de la circulation automobile rencontre ses limites : construite entièrement autour de la voiture, la ville a dû mal à faire face à l’augmentation constante de sa population. Malgré des axes de circulations largement dimensionnés, elle n’échappe pas aux problèmes de circulation ainsi qu’aux problèmes de stationnement. Face à cela, les transports en communs peinent à s’imposer comme une solution : la seule ligne de métro ne traverse pas entièrement la ville, l’université n’est accessible que par bus, et aux heures de pointes, les stations de bus sont remplies de personnes n’ayant pas les moyens de se déplacer en voiture.

D’autres domaines spécifiques à la planification de Brasilia rencontrent aujourd’hui des difficultés, comme les activités industrielles et commerciales. Brasilia est aujourd’hui la capitale politique et symbolique du Brésil, ce qui lui a permis de s’imposer parmi les villes les plus importantes du pays aux côtés de Sao Paulo et de Rio de Janeiro. Sur le plan économique, elle a tout de même un gros retard à rattraper ; à sa création le choix porté par ses concepteurs a été celui d’en faire une ville politique et administrative sans aucune activités productives, permettant d’éviter les problèmes liés aux usines polluantes mais aussi à ceux d’une classe ouvrière.
Soixante ans plus tard, les nouveaux courants migratoires ont modifié l’aspect de la ville ; une population pauvre s’y est installée, dépourvue d’emplois du fait de l’absence de fonctions industrielles et commerciales. La ville qui se vantait de ne connaître aucun problèmes de violence et de pauvreté doit aujourd’hui y faire face. Alors que le plan pilote reposait à son début sur la cohabitation entre les différentes classes sociales et malgré le désir de vouloir étendre ce fonctionnement à l’ensemble du pays, le territoire de Brasilia est aujourd’hui fortement fragmenté. Le plan pilote planifié pour accueillir riches et pauvres, accueille aujourd’hui les riches et les riches tandis que les différences de niveau de vie entre les habitants du plan pilote et ceux des villes satellites ont augmenté les tensions quotidiennes. La libre circulation entre les immeubles et la chaussée grâce aux pilotis, un des cinq points de l’architecture moderne, ainsi que le désir de cohésion sociale, sont aujourd’hui des motifs d’insécurité et de peur. La volonté d’une fermeture du plan pilote se dessine par l’installation de barrières, la présence de gardes, l’installation de caméras de sécurité…. Les inégalités présentes dans la société brésilienne rattrapent peu à peu l’utopie sociale de Brasilia.

Depuis sa création, Brasilia s’est développée en opposition à son objectif originel : une utopie visant à produire de nouveaux modèles sociaux et une nouvelle organisation rationnelle de la ville. La planification, au-delà d’un aménagement du territoire, devait être fondatrice. Malheureusement sans une réelle conscience et volonté de ses habitants, la ville n’a pu se développer dans ce sens. La reconnaissance par l’UNESCO du plan pilote en patrimoine de l’humanité entrave aujourd’hui tout processus de changement et d’amélioration, le centre reste figé dans les principes de la charte d’Athènes. C’est aussi que le dessin urbain de Brasilia est très contraignant : la ville n’a pas été planifiée pour s’étendre et s’agrandir, accueillir trois millions de personnes quand 500 000 étaient attendus. Ce plan rend dès lors extrêmement difficile les connexions aux villes satellites qui l’entourent, et fait de la ville originelle un quartier isolé en son centre.
La planification urbaine de Brasilia a été une révolution pour l’époque, une utopie sociale pleine de nouvelles idées, animée par le désir de changement pour le pays, mais la ville a-t-elle été construite pour durer ? Peut -être est t-il trop tôt pour le dire. La plus grande majorité des villes dont le fonctionnement est vanté de nos jours telles que Paris ou New York sont des villes qui se sont construites pendant des siècles voir des millénaires. Brasilia n’a qu’une soixantaine d’années, donnons-lui encore du temps pour voir comment cette dernière s’adaptera face à sa croissance extrêmement rapide.

Bibliographie

9780226349794.jpg  The modernist city, James Holston, 1989

  • Articles Web

http://www.correiobraziliense.com.br/app/noticia/revista/2013/04/21/interna_revista_correio,361398/das-coisas-de-brasilia-e-dos-brasilienses.shtml

http://journals.openedition.org/geocarrefour/9675

https://www.cairn.info/revue-espaces-et-societes-2004-4-page-93.htm

http://www.bbc.com/news/magazine-20632277

http://articles.latimes.com/1990-03-04/books/bk-2454_1_james-holston/2

https://books.google.com.br/books?id=0K29oBzV6o0C&pg=PA29&lpg=PA29&dq=brasilia+societe&source=bl&ots=pTUTMVUq5m&sig=D4EVWrOrBKUq2QWCXSiTdTbT48I&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjG56jlmZzYAhVBD5AKHZpwCbwQ6AEIUzAG#v=onepage&q=brasilia%20societe&f=false

http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/de-villes-en-metropoles/corpus-documentaire/brasilia

http://www.lefigaro.fr/voyages/2010/04/23/03007-20100423ARTFIG00507-brasilia-la-plus-jeune-capitale-du-monde-.php

  • Vidéos documentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s