Architecture et médias D-Tower Les émotions architecturées.

Les progrès dans le domaine de la biologie, l’apparition des nanotechnologies changent le regard des architectes sur la conception des projets. Les possibilités d’interactivité entre l’architecture et le monde connecté deviennent un nouveau procédé, comme un organisme vivant qui génère des possibilités nouvelles. Une certaine architecture est en mutation et cherche à innover en se situant à la pointe de la technologie. A-t-on besoin de la technologie numérique pour prendre part à l’architecture? Et de l’alliance de deux pour exprimer ses émotions et connaître celles de ses voisins, de sa communauté ?Les progrès dans le domaine de la biologie, l’apparition des nanotechnologies changent le regard des architectes sur la conception des projets. Les possibilités d’interactivité entre l’architecture et le monde connecté deviennent un nouveau procédé, comme un organisme vivant qui génère des possibilités nouvelles. Une certaine architecture est en mutation et cherche à innover en se situant à la pointe de la technologie. A-t-on besoin de la technologie numérique pour prendre part à l’architecture? Et de l’alliance de deux pour exprimer ses émotions et connaître celles de ses voisins, de sa communauté ?

D Tower est une sculpture interactive et un bâtiment créé par l’agence NOX de Lars Spuybroek et Q.S. Serafijn, co-développé avec V2 qui est un programme de questionnaire en ligne. Le projet, construit dans la ville de Doetinchem, aux Pays-Bas, début 2003, consiste en un bâtiment physique (la tour), un questionnaire et un site web. Il s’agit d’un projet où l’intensif (sentiments, qualité) et l’étendue  (espace, quantités) commencent à échanger des rôles, où l’action humaine, la couleur, l’argent, la valeur, les sentiments deviennent des entités en réseau. La D-Tower mesure les émotions des habitants de Doetinchem, chaque semaine, chaque jour, pendant sept ans. Cet hybride est composé de différents médias, l’architecture faisant partie d’un plus grand système interactif de relations. Doetinchem est divisée en onze arrondissements soit onze codes postaux. En d’autres termes, une carte émotionnelle est placée sur la carte géographique de la ville, quelque chose comme une carte en relief, pour rendre visible les émotions des résidents. Cette division en codes postaux est intéressante car chaque émotion, haute ou basse, peut être localisée quelque part sur la carte de Doetinchem. Le but étant de vouloir cartographier la ville, la communauté. Ou comme comment l’exprime  l’artiste Q.S Serafijin « Je veux replier la communauté sur elle même. » Ramener des choses invisibles à la surface de manière interactive.Dans le cas de D-Tower, les résidents prennent part dans la conception du projet par la technologie, c’est à propos d’eux aussi que la sculpture va prendre vie, au moyen des émotions projetées sur l’oeuvre grâce au jeu de couleur sur la structure. Le travail est effectué par les habitants de Doetinchem : en répondant au questionnaire, la population est vraiment au cœur du projet . Le bâtiment conçu par NOX est une structure de 12 mètres de hauteur dans laquelle les géométries standards et non standards forment ensemble une surface de polyester complexe formée par une technique de moulage générée par ordinateur (polystyrène fraisé CNC). Les panneaux sont isolés avec de la mousse de polystyrène fraisée puis recouverts d’époxy. Douze grandes lampes, chacune d’entre elles étant constituées de 20 diodes permettant de passer d’une couleur a l’autre, les lampes  placées a proximité des ouvertures, éclairent les calottes qui forment la D-Tower. Les panneaux, la lumière et le site sont liées de manière interactive. Cette surface est très semblable à une structure de voûte gothique, dans laquelle les colonnes et la surface partagent le même contenu.

En ce qui concerne l’aspect médiatique, D-Tower est présentée non seulement matériellement là où elle a été construite mais aussi sur le site http://www.d-toren.nl ; en se connectant à ce dernier, les habitants de Doetinchem peuvent répondre à une série de questions posées par l’artiste Q. S. Serafijn. Dans chaque zone, les participants remplissent un questionnaire qui comprend 360 questions, de plus en plus détaillées au cours de l’année. Par exemple: Êtes-vous heureux? Es-tu content de tes relations? Es-tu content de ton partenaire? Êtes-vous heureux avec votre partenaire parce que votre partenaire est fidèle, ou parce que vous et votre partenaire faites tout ensemble, ou à cause du sexe? Enfin, l’enquête demande aux participants combien de temps dure leur bonheur avec leurs partenaires et à quelle fréquence ils ont des relations sexuelles. L’élaboration des réponses permet de définir l’humeur générale de la population qui devient visible sur la tour a travers les différentes couleurs : bleu-bonheur, jaune-peur, rouge-amour, vert-haine. Au total, sur un mois, « bonheur » est 45% du temps en première place, « haine » est en seconde place avec 30%, « amour » figure seulement à 20%. Chaque mois les questions deviennent plus précises, et les réponses sont représentées dans différents « paysages » sur le site. Les paysages montreront les vallées et les pics d’émotions pour chacun des codes postaux de la ville. Deuxièmement, les quatre émotions sont représentées par quatre couleurs, vert, rouge, bleu et jaune, et déterminent les couleurs des lampes qui illuminent le bâtiment. Chaque nuit, en passant par Doetinchem, on peut voir quelle émotion est la plus profondément ressentie ce jour-là. Lorsqu’on la regarde de loin, surtout quand elle est éclairée de rouge, on dirait un grand coeur qui bat, comme pour symboliser la partie la plus vivante de la petite ville hollandaise. Enfin, les habitants de la ville peuvent également placer leurs propres messages sur les paysages émotionnels du site, auxquels ils peuvent également ajouter une photographie et une courte lettre. Les différents états d’émotivité de la ville seront archivés et rendus accessibles sur le site.
Avec ses 12 mètres de haut, sa forme qui ressemble autant à un grand animal préhistorique qu’à un énorme coeur, D-Tower est quelque chose de plus qu’une architecture ou qu’une sculpture du XXIe siècle, c’est un projet médiatique qui implique la ville et en particulier ceux qui y vivent. Il est difficile de définir cet ouvrage que l’on peut considérer comme une sculpture, un objet architectural ou un élément de l’aménagement urbain. C’est peut-être tout cela mais c’est aussi une oeuvre d’art du XXIe siècle ou l’expérimentation formelle est de plus en plus souvent associée au multimédia et à la recherche technologique.

Cependant, le projet de la D-Tower est assez contradictoire car l’idée générale du projet n’est pas forcément révélée dans la forme architecturale. Tout d’abord, on nous parle d’un projet très technologique et moderne alors que sa forme est comparé à un animal préhistorique. De plus, l’objet lui même est difficilement définit, on ne sait pas si c’est une œuvre d’art, une sculpture, un objet architectural ou bien un élément d’aménagement urbain. Cette non qualification est contradictoire avec sa fonction elle-même qui est justement de définir les émotions.  Enfin, les différentes émotivités de la ville sont stockées, archivées et consultables par les différents habitants de la ville. N’est-ce pas un peu contradictoire d’archiver une émotion alors que justement sa caractéristique première est de dépendre du moment présent, d’être donc éphémère et unique ?

Bibliographie

  • Journal

– « Six architectes retenus pour le Centre Pompidou à Metz », Le Monde, 31 mai 2003

  • Sites internet

-https://arcspace.com/feature/d-tower/
http://v2.nl/archive/works/d-tower
http://openbuildings.com/buildings/d-tower-profile-2269

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s