L’HABITAT DONGON

Les Dogons sont un groupe ethnique vivant en Afrique de l’Ouest, sur plateau central du Mali, au sud du coude du Niger, près de la ville de Bandiagara. La zone qu’ils occupent est appelée le pays Dogon. Leur population compte entre 250 000 et 800 000 individus. Ils parlent le dogon, considéré comme une branche de la famille linguistique nigéro-congolaise. Ils ont aussi leur religion propre. La région dans laquelle ils vivent est traversée par la falaise de Bandiagara, atteignant 500 mètres de hauteur. Ils se sont établis dans cette région il y a environ mille ans, fuyant le Mandé, région située au sud-est du Mali, refusant d’abandonner leur religion pour l’Islam. Au fil du temps, les Dogons se sont déplacés vers le nord le long de la falaise de Bandiagara, arrivant dans la région de Sanga au 15ème siècle. Il est probable que les Dogons d’aujourd’hui combinent plusieurs groupes d’origines diverses fuyant l’islamisation. Les Dogons sont avant tout des cultivateurs (essentiellement du Mil) et des forgerons. Bien que leur système économique, leur structure familiale et leur organisation politique soient très proches de ceux des autres régions sub-sahariennes, les Dogons présentent de nombreuses spécificités dans leur mode de vie et leur façon d’habiter. Ceci est dû en premier lieu aux caractéristiques du territoire qu’ils occupent : la plupart des villages sont construits dans la falaise. Cependant ce qui confère à l’architecture, l’artisanat et au mode de vie des Dogons sa plus grande singularité, c’est leur approche religieuse, conceptuelle et symbolique de leur milieu et de leurs créations. Les innovations, au delà des progrès techniques qui permettent de nouvelles possibilités, sont conditionnées par le contexte sociétal. L’évolution des systèmes de croyances, des valeurs et des mythes d’une société peut être le moteur de l’innovation.

img_5811

La culture occidentale nous encourage à clairement définir les choses, à tenter de les comprendre intégralement, à les cloisonner. Partout, nous nous efforçons de définir les composants de notre milieu pour en chasser le mystère afin de s’entourer de certitudes. Cette approche culturelle de notre environnement a permis de nombreuses avancées à la société occidentale, dans le domaine de la santé ou de l’ingénierie par exemple, mais ne se révèle pas de première utilité en ce qui concerne les rapports sociaux notamment. S’intéresser à la culture dogon permet de se projeter dans une société ou des valeurs comme celle-ci, aussi fondamentale pour nous, diffèrent radicalement. La différence culturelle est d’autant plus frappante chez les Dogons qu’elle se matérialise à tout les niveaux de leur société, de la danse à l’architecture. La culture Dogon conçoit tous les éléments comme participant à un système commun et mystique. Pour eux, l’objet le plus banal fait partie d’un système global. Le mythe est présent partout, et appose sa marque symbolique sur tous les éléments du quotidien. Observer la matérialisation de cette approche spirituelle de leur environnement met en évidence le fait que le modèle sociétal et d’habitat mis en place dans la société occidentale n’est qu’une option parmi une infinité d’autres, comportant chacune ses avantages et inconvénients.

L’idée d’unité entre tous les éléments qui entourent ce peuple prend de nombreuses formes. Dans toutes les créations du peuple dogon, on retrouve les chiffres trois et quatre. Chiffres d’origine divine, ils représentent respectivement l’homme et la femme. Ainsi les objets ou espaces dédiés à l’homme sont créés selon des proportions issues du chiffre trois et ceux dédiés aux femmes selon le chiffre quatre. Chaque Dogon possède son grenier. Le grenier de l’homme est conçu sur des proportions de 3×2 tandis que celui de la femme sur des proportions de 4×4. Ces rapports de proportions lient tout les objets entre eux, du bol à la maison, mais les lient aussi, symboliquement, au divin.

Ces liens symboliques qui unifient leur environnement affectent tout particulièrement leur façon d’habiter. La manière qu’ils ont d’appréhender la maison diffère de la notre en de nombreux points. Les dogons entretiennent un rapport radicalement diffèrent du notre avec l’intérieur et l’extérieur. Au pays Dogon, la maison n’est qu’une chambre. Les repas, les travaux, les échanges et les jeux prennent place en extérieur. Le village devient la maison, ses rues sont des couloirs et ses places des salons. Dans leur mode de vie, un des exemples les plus significatifs de ce phénomène est la place des enfants. Aux environs de dix ans, les enfants d’un même quartier, même de familles différentes, emménagent ensemble dans une maison. Sous le prisme de la représentation occidentale de la maison, cette pratique parait étonnante. Rare sont les enfants français qui se voient confier une maison à dix ans. Mais en admettant que cette maison ne soit qu’une pièce dans la maison village, cette tradition nous semble moins étrange. Dans cet échange, rapporté par Fritz Morgenthaler dans l’ouvrage Le sens de la ville, il est facile d’appréhender les différences entre nos manières d’habiter. Un jeune homme dogon, Amba, montre à Fritz Morgenthaler la maison qu’il construit afin de pouvoir y vivre avec sa compagne :

– Veux-tu venir voir ma maison ? Nous nous levons et retournons au village. La maison d’Amba, sur la place du marché, est carrée avec une petite antichambre. Il n’y a pas de toit.

– Tu as une très belle maison. Mais il n’y a pas de fenêtre.

– Ce sont les Blancs qui mettent des fenêtres à leurs maisons. Pas nous. Quand le toit sera mis, il fera sombreà l’intérieur.

– Pourquoi faut-il qu’il fasse sombre ?

– Si on veut de la lumière, il y en a dehors. Dans la maison, il doit faire sombre. C’est mieux comme ça.

dogon-trek-3

 

Encore une fois, il peut nous paraître inconcevable d’habiter une maison sans fenêtre. Cependant cette incompréhension né seulement de la différence de statut que chaque société attribue à la maison. Bien que Heidegger ai définit l’habitat humain comme l’ensemble des éléments qui composent l’environnement d’un individu, dans notre société, c’est dans sa maison que chacun se sent chez soi. En incluant leur maison dans un tout plus grand, formellement et symboliquement, les dogons détachent leur maison de nombreux usages. La maison n’est plus qu’un abri, dans lequel on dort, et ou on stocke quelques objets. Leur mode vie s’en trouve changé, il est plus collectif. Tous habitent la même maison village et constituent une seule et même famille.

Malgré ces différences, nos deux sociétés semblent bâties sur des modèles similaires. Elles sont toutes deux fondées sur un ensemble plus ou moins complexe de fictions, qui définissent notre réalité. Chez nous, ces fictions peuvent se manifester par les religions, les modes, les régimes politiques ou même les systèmes économiques, au pays Dogons tout se rapporte à une seule et même fiction mystique et symbolique qui enserre tout leur environnement en un tout. Ces fondements sociétaux abstraits, que ce soi les notres, ceux de la Grèce antique ou ceux des Dogons ne semblent pas hiérarchisables, mais tous conditionnent notre habitat. Il est donc intéressant de les observer simplement en tentant de comprendre ce que ces mythes produisent comme systèmes sociétaux.

Capture d_écran 2018-01-24 à 23.12.28

 

Une réflexion au sujet de « L’HABITAT DONGON »

  1. Peuple formidable et généreux même dans la diversité! j’aimerai savoir un peu plus sur leur origine nigéro-congolaise. je suis très surprise! leur manière de danser surtout la danse des masques peut être un indice! DIEU n’est il pas mystère, cherchons encore dans le fond la particularité de ce peuple!
    Merci aux européens qui nous aident à nous connaitre et à connaitre notre passé!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s