Walk Into Emptiness

Faire un pas dans le vide, c’est l’expérience que propose le belvédère en verre situé à Chamonix. Loin de concurrencer les 70 mètres de long du plus grand ouvrage du monde en porte à faux, la passerelle en verre de Chongping située en Chine consiste en une simple boite de verre posée au dessus des nuages.

pasdsvide00651-ptournairebdf.jpg

L’expérience propose au grand public une immersion totale du corps dans le vide. Etre en apesanteur semble le nouveau défi du XXIème siècle. Le corps cherche en permanence de nouvelles sensations, de nouvelles expériences. Celle-ci constitue une expérience spatiale hors norme. Comment ressent-on nous la gravité lorsque le corps est tenu au dessus du vide ? Le paysage, 1.000 mètres plus bas, semble tout d’un coup nous soutenir.

Moyen de vaincre son acrophobie ou attraction à sensation forte, « Le Pas dans le Vide » est également un intéressant défi technique.

Située sur la terrasse sommitale de l’Aiguille du Midi, à 3.842 mètres d’altitude, la cabine parfaitement transparente donne l’impression de flotter entre ciel et roche, au dessus des nuages. Sa mise en œuvre simple, faite entièrement de verre et d’acier, propulse le corps dans le vide. La cage de verre de 2m sur 2m, permet d’accueillir quatre personne au maximum. Sa conception générale lui permet de s’affranchir de toute structure métallique dans le champ de vision des visiteurs. Un tel dispositif nécessite de résister aux conditions extrêmes à 3.800 mètres d’altitude. Le vitrage est composé de trois couches de verre trempé de 12mm d’épaisseur chacune et sont maintenues entre elles par des attaches mécaniques ponctuelles.

« Le processus de collage utilisé a fait l’objet d’un développement spécifique et unique pour nous, par une entreprise verrière française spécialisée. » Compagnie du Mont-Blanc.

Autres contraintes, celle de la température et du vent à une telle hauteur. Il faut choisir un type d’acier qui supporte de fort changements de températures, évalués entre -40°C et +20°C, sans rompre.

« Elle pourra résister à des vents de plus de 220 km/h et à une amplitude thermique de 60°C»

Pas-dans-le-vide.jpg

Sur l’image ci dessus nous voyons l’envers du décor : le bâtiment situé derrière la cabine de verre. Nous pouvons nous attarder sur les partis pris architecturaux qui composent l’ensemble du bâtiment à côté de la cabine. Celui-ci est largement ouvert sur le panorama et finalement n’offre pas au visiteur une totale découverte dans la cabine au dessus du vide. Nous aurions pu imaginer un bâtiment totalement opaque dans lequel le visiteur arrive par le téléphérique et se retrouve projeté plus directement dans la cabine de verre. L’expérience serait beaucoup plus forte.

Un tel ouvrage nécessite de prendre en compte le parcours qui mène à ce dispositif. Ici, le visiteur arrive au sommet du pic du Midi par un téléphérique qui est vitré. Le visiteur prend alors conscience pendant l’ascension du vide qui l’entoure. Puis, il arrive dans le bâtiment, le terminal du téléphérique, et peut découvrir le panorama sur la vallée grâce aux larges baies vitrées. C’est enfin, qu’il peut faire l’expérience du « pas dans le vide » et découvre la capsule de verre. On voit alors que le visiteur au moment où il rentre dans la cabine possède une pleine connaissance du paysage qui l’entoure, le spectacle est alors beaucoup moins impressionnant. Un tel dispositif architectural doit absolument aller de paire avec le parcours qui mène jusqu’à lui.

La cabine de verre de Chamonix est unique en son genre, notamment à cause de l’altitude choisie, cependant elle est fortement inspirée du « Grand Canyon Skywalk » située en Arizona. Aujourd’hui, naissent de nombreuses expérimentations architecturales autour de la projection du corps dans le vide.

Afin de compléter l’analyse, voici deux exemples de constructions remarquables dans le monde qui permettent de propulser le corps dans le vide :

Passerelle en verre Chine, Parc naturel de Wansheng

0019b91ed6e01a4ea0a804.jpg

Dans le parc naturel de Wansheng, dans le sud-est de la Chine, une passerelle en verre vient d’entrer dans le livre des records. Le 1er avril 2017, le parc naturel de Wansheng inaugurait la plus grande passerelle du monde dite « en porte-à-faux », c’est-à-dire soutenue uniquement grâce à des câbles. Cette passerelle au plancher de verre de 69,60 mètres, hissée à 123 mètres au-dessus du vide et accrochée à une falaise offre une vue panoramique sur le parc en contrebas. Cependant, seulement 30 personnes peuvent fréquenter en même temps la passerelle.

Le Grand Canyon Skywalk

IMG_7392.jpg

C’est une grande passerelle horizontale en forme de fer à cheval au plancher de verre et dominant le lit du fleuve de plus de 1 200 mètres. Commandé par la tribu indienne des Hualapai sur la réserve de laquelle il se situe, ce point de vue panoramique fut livré le 20 mars 2007 et ouvert au public le 28 mars 2007. Ce fut l’un des premiers ouvrages créés à une telle hauteur et destiné à observer le vide.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s