Le catalogue IKEA, standardisation, objet sériel et singularité

« Enlevez brutalement àquelqu’un ses tements, sa maison, et tous les objets qu’elle contient, et vous produirez probablement chez lui des troubles de l’identité »

        Cette citation de Serge Tisseron (psychanalyste) traduit l’importance que peuvent revêtir les objets qui nous entourent, et plus particulièrement les biens que nous possédons. Ce sont, quotidiennement, quelques centaines d’interactions que nous entretenons avec ces objets, de quelque type qu’ils soient : une voiture, un stylo, une tasse, un sac àmain, une porte d’entrée, un écran de télévision. Nous possédons, chacun, quelques centaines d’objets, quelques centaines de biens plus ou moins personnels.

Aujourd’hui, nous assistons de plus en plus à une distanciation entre l’objet et son propriétaire. La fonction prime, le symbolique semble secondaire. L’objet moderne semble inapteàl’investissement émotionnelle, àla projection d’un univers de sens pour l’individu dans celui-ci. L’objet ne possède des qualités que dans sa fonctionnalité.

L’étude de l’entreprise IKEA, leader mondial du marché de l’ameublement, et plus particulièrement de son catalogue qui propose chaque année pas moins de 9500 références à ses consommateurs permet d’analyser ce phénomène. Nous pouvons alors nous demander comment aujourd’hui IKEA, et plus particulièrement son catalogue, qui met en scène des modèles d’ameublements, standardisés, créés par l’assemblage d’objets de série et bon marché permet des possibilités de singularisations du sujet au travers des objets et inversement ? En effet, nous verrons comment IKEA donne la possibilité́ de stratégiser autour des intérieurs, et comment ce processus, qui met au travail, semble gage d’appropriation et de singularisation.

LE MODEL PLATSA

     Le catalogue IKEA est devenu la référence en terme de décoration et d’idée d’aménagement. Ce support papier est imprimé à plus de 219 millions d’exemplaires, dans 34 langues et pour 49 marchés, ces éléments lui attribuent la place de second support papier le plus distribué dans le monde, précédé par La Bible et les Citations du Président Mao Zedong.

Nous allons étudier le cas d’un model précis présent dans le catalogue, celui du model Platsa. Voici la description faite de ce meuble dans le catalogue :

« Rangements pour les espaces inutilisés et inhabituels: Nous avons tous chez nous des petits coins qui ne sont pas utilisés parce que nous ne trouvons pas de mobilier adapté. PLATSA est une série extrêmement modulable. Ses éléments peuvent être combinés pour créer une solution compatible avec tous les espaces. Et pour la personnaliser, vous avez même le choix entre différents intérieurs, pieds et poignées. Prenez correctement les mesures et créez votre version unique.  »

Le modèle Platsa est un meuble de rangement modulable, un objet, fait d’assemblages d’éléments industrialisés, standardisés, qui devient un élément du « sur-mesure » s’adaptant aux situations de nos intérieurs. Le dispositif mit en place par IKEA, consistant à un jeu de légo géant, offre des milliers de possibilités d’agencements, de constructions.

Capture d’écran 2018-11-18 à 21.36.02.png

En effet, Ikea décompose les possibilités de créations d’assemblages de ce meuble, en démultipliant les éléments de compositions du système. Nous pouvons choisir quelle structure nous voulons, sa hauteur, sa largeur, le type de porte ou de ne pas en mettre, la manière dont nous remplissons cette étagère, ce placard, jusqu’aux poignets de portes et la couleur des matériaux, à sa finition.

NOTION DE FAIRE : SINGULARISATION PAR LA MISE EN PLACE DU MEUBLE, ACTE DE CREATION 

          Le processus long et fastidieux qui sépare l’intention d’achat à la mise en place dans son domicile d’un nouveau meuble, qui passe par le montage, acte de création de l’individu, constitue un procèdé efficace dans le travail d’appropriation de l’objet que devra faire le consommateur. Les objets doivent être agis par le client, qui doit entrer en relation avec eux. Cette injonction au « faire » permettrait d’abord au client de se sentir visé par l’objet et l’invitera à l’injection d’une individualité, d’un sens qui lui est propre, dans l’objet.

IKEA joue sur ce principe simple et efficace qui met le client, au cœur du dispositif de conception du meuble, la notion de « pouvoir faire », présente sur le site de la marque, et la notion de jeu, au cœur du catalogue, serait répétée et déclinée sous les formes ludiques du combinatoire et du fonctionnel : la marque dessinerait les contours d’une autorisation à créer, une autorisation à stratégiser.

« « POUVOIR PERSONNALISER » : LES QUALITÉS COMBINATOIRES ET FONCTIONNELLES DES OBJETS »

Ce titre présent dans le catalogue IKEA place les acteurs et possesseurs des objets en tant que créateurs. Le modèle Platsa est le premier décrit dans ce chapitre du catalogue. Cette idée d’inventer, de créer est encouragée très fortement par le groupe, qui montre, au travers du catalogue, des exemples, des manières de s’approprier les objets, les meubles. IKEA fait aujourd’hui beaucoup de communication sur cette politique qui devient le nouvel axe majeur de développement du groupe. D’ailleurs, leur site internet met en place des liens vers des micros-logiciels qui permettent de modéliser nos intérieurs et de visualiser les meubles, les différentes combinaisons possibles que nous pouvons faire pour que ces objets s’adaptent au mieux à nos intérieurs spécifiques. Nous sommes alors dans une sorte d’artisanat-industriel.

Capture d’écran 2018-11-22 à 18.09.32.png

Nous voyons ici comment nous pouvons créer notre meuble Platsa avec l’utilisation du logiciel mis en place par IKEA. L’ensemble des éléments peuvent être choisies, poignets de portes, couleur du meuble, les dimensions etc. Cet acte consiste en la première phase de création de la part du consommateur par rapport à son intérieur, à ses contraintes de dimensionnements.

Le catalogue dessine ces espaces d’autorisation dans lesquels le client, l’acheteur doit ruser, jouer avec le système, avec les différentes combinaisons proposées. Les agencements d’objets balisent l’espace de façon orientée, mais en créant des scènes pratiques à valorisation de « pouvoir faire ». Nous sommes toujours agis par l’objet, mais cette fois-ci dans une incitation à la création. L’objet, lui, gagne la possibilité de dépasser précisément sa « fonction », vers une fonction seconde, de devenir élément de jeu, de combinaison.Le processus est alors double. Le catalogue créé un environnement favorable à la pratique d’activités secondaires à travers le fonctionnel, le rangement et met en place les conditions de compréhension d’un détournement pouvant être mis en œuvre, les fonctions des pièces se troublent.

Le modèle Platsa est utilisable dans toutes les pièces de la maison, il peut devenir un dressing dans la chambre, un meuble de décoration sans portes dans le salon, un meuble de rangement dans l’entrée ou la cuisine. Dans le catalogue ce model est souvent présenté comme un dressing ouvert dans lequel s’entassent à la fois boites d’une multitude de tailles, penderie avec objets sur cintres, étagères de rangements en hauteur, crochets, etc. Chaque élément se voit attribuer une place bien définie dans laquelle il obtient le statut d’élément « rangé ». Un dressing ayant normalement vocation à « cacher » les objets rangés est normalement fermé. Ici, il est ouvert, on peut y voir l’ordre, l’attribution précise des places à chaque objet.

        Aujourd’hui, la singularisation du sujet au travers de l’objet et inversement se fait non pas grâce à des objets uniques dans un statut « fini » mais dans la capacité d’adaptation de celui-ci, de la manière dont un objet industrialisé peut être détourné par son propriétaire, approprié, modifié ou encore ajusté à l’intérieur du sujet. Nos intérieurs possèdent de nombreux objets en communs, c’est dans leur utilisation et leur détournement que nous en faisons des objets personnels, que nous nous les approprions. La marque IKEA, dans le catalogue, valide et encourage la création, la capacité de chaque personne, client à « tester » et à ruser avec ces différentes combinaisons. La marque propose alors une sorte de standardisation de la personnalisation.

 

Image 1 : Image présentant l’assemblage du meuble Platsa, tirée du magasine IKEA de 2018

Image 2 : Capture d’écran du site IKEA, logiciel interactif de création du meuble Platsa

 

Webographie :

 https://www.ikea.com/ms/fr_FR/media/Services/Guides_d_achat/FY17_PLATSA_HFB4_R1_14.pdf

https://www.ikea.com/ch/fr/catalog/categories/departments/bedroom/37894/

https://www.ikea.com/addon-app/platsa/latest/#/standard/fr/fr/planner/doors

Vidéographie :

https://www.youtube.com/watch?time_continue=58&v=Rnl4c86zIGk

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s