Mars, cadre de vie d’un futur technologique

ai-spacefactory-mars-habitat-exterior-dust_devil

La Nasa a dévoilé les détails du premier projet d’habitat qui va être développé pour la conquête de Mars. Le programme baptisé MARSHA (MARS HA- bitation) a été imaginé par l’agence Al SpaceFactory spécialisée dans la recherche architecturale extraterrestre. Ce projet évolue à la limite de la science-fiction et pourtant la colonisation de la planète rouge suscite un intérêt accru puisque la Nasa prévoit d’envoyer une mission habitée d’ici 2030.
L’architecture sur terre joue un rôle important dans notre cadre de vie. Sur Mars, ce rôle prend une importance tout autre puisque les architectures sont des machines qui nous maintiennent en vie. Ce projet d’habitation martienne nous invite à réfléchir sur notre possible futur cadre de vie, comment lier les exigences techniques pour survivre dans un environnement aussi extrême, sans pour autant délaisser l’aspect humain de ces lieux de vie ?

Tout est à construire sur Mars, il faudra disposer d’un écosystème complet avant de pouvoir imaginer y vivre correctement. L’atmosphère martienne pose beaucoup de contraintes, il y a évidemment l’absence d’oxygène mais aussi la faible pression atmosphérique, les vents violents, les rayonnements cosmiques nocifs ou bien les risques d’atrophie musculaire. La vie sur Mars sera donc obligatoirement liée à beaucoup d’équipements techniques pour contrer tous ces éléments. En architecture spatiale, chaque décision de conception est déterminante pour le succès d’une mission. Les structures doivent être résistantes et les aménagements intérieurs doivent correspondre aux exigences de la mission. Mais comme une santé mentale durable est également essentielle à la mission, les habitats spatiaux doivent offrir des éléments d’humanité.

ai-spacefactory-mars-habitat-interior-day_at_the_office

Le résultat est un habitat compact de forme cylindrique orientée verticalement afin d’obtenir le meilleur rapport surface utile/volume. Il est conçu pour une équipe de quatre astronautes.
Construire à 55 millions de kilomètres de la Terre nécessite de repenser le mode de construction et les matériaux utilisés. MARSHA repose uniquement sur des matériaux récoltés à la surface de Mars lors de la construction. C’est un mélange innovant de fibre de basalte et de bioplastique renouvelable (dérivé de plantes cultivées sur Mars). Permettant ainsi d’éliminer le besoin de transport matériel de la planète Terre. Le tout est imprimé en 3D par un robot autour d’un axe central.

L’habitat est fait de deux coques pour isoler les espaces habitables de la dilatation et de la contraction naturelles causées par les variations extrêmes de température sur Mars. Ce qui permet de nombreuses possibilités architecturales. La coque intérieure est légère, aérée, partiellement ajourée et optimisée pour les humains : une toute petite bulle de Terre dans un monde lointain.

Les zones fonctionnelles de MARSHA sont réparties sur quatre niveaux afin d’encourager la mobilité et éviter la monotonie. Le rez-de-chaussée est occupé par une zone de stockage, un laboratoire et une cuisine au deuxième niveau, des cabines individuelles, un bassin hydroponique au troisième niveau et une salle de loisirs lumineuse au quatrième niveau. Chaque niveau a au moins une fenêtre créant un panorama complet à 360 degrés. Via une grande lucarne au-dessus, l’espace entre les deux coques sert de puits de lumière reliant tous les niveaux avec une lumière naturelle diffuse.

Les images proposées par l’agence Al SpaceFactory sont très loin des visions très techniques de ce à quoi pouvait ressembler un habitat martien, elles illustrent avec assez de clarté comment la vie sur Mars pourrait se dérouler. Combiner technicité et humanité est un exercice compliqué dans un environnement aussi extrême, mais la vie sur Mars ne pourra se faire sans ces deux éléments. Habiter sur Mars redessine la conception de vie que l’on a sur notre planète, MARSHA donne un bon point de départ pour s’imaginer, non pas y survivre, mais y vivre.

ai-spacefactory-mars-habitat-interior-private_room

Bibliographie :

41i6wyyg0pl      Gerald M.Kilby, Colony one mars, Etats-Unis, 2016.

habiter-sur-mars-9782803103065_0Véronique Dehant, Habiter sur Mars ?, Belgique, 2012.

Vidéographie :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s