Junya Ishigami – Restaurant et House

« J’aime penser librement, avoir une vision la plus souple, la plus ouverte, la plus subtile possible, pour dépasser les idées reçues sur l’architecture. »

Junya Ishigami est le nouvel architecte japonais en ascension. Il compare ses œuvres architecturales à des paysages, des nuages ou des forêts. Junya Ishigami fait disparaître la frontière entre l’environnement extérieur et l’espace intérieur. Il puise son inspiration dans la nature et revendique une part de rêve dans ses créations. Né en 1974 dans la préfecture de Kanagawa, au Japon, Junya Ishigami appartient à la jeune génération d’architectes japonais qui a émergé dans les années 2000 dans la lignée de Toyo Ito et Kazuyo Seijima, et à laquelle le Moma a récemment consacré une grande exposition. Formé à l’université des Beaux-Arts de Tokyo, Junya Ishigami fait ses armes en tant qu’architecte au sein de l’agence SANAA avant de fonder sa propre agence en 2004.

Dans l’architecture l’une des forces d’Ishigami est la porosité qu’il apporte entre l’intérieur et l’extérieur. Cette entre deux permet à l’architecte de créer des espaces inhabituels et très peu usuels. Chaque espace va provoquer un sentiment unique et développer une expérience sensorielle, propre à l’architecture emblématique d’aujourd’hui.

Les recherches les plus récentes d’Ishigami portent sur la fonction, la forme, l’échelle et l’environnement esquissant ainsi sa vision du futur de l’architecture. Ses œuvres ont une dimension poétique qui repose sur l’expérimentation, la théorie, le savoir et la technologie. Junya Ishigami aime à penser que l’architecture peut se former naturellement, à l’image d’une pierre qui se construit dans le temps, par sédimentation et érosion. Il conçoit l’environnement comme une partie intégrante de chacun de ses projets. Il intègre le paysage dans son travail, le magnifiant toujours et allant même jusqu’à le transformer. Dans ses projets, la présence des éléments naturels: le végétal, l’eau et le ciel prennent une place importante tout en étant relié avec le monde de l’enfance. En effet la créativité enfantine l’intéresse particulièrement .

Un des projets phare d’Ishigimi qui illustre cette démarche et reflète bien son univers est celui d’un restaurant et d’une habitation pour un chef dans le sud du Japon (House and Restaurant, Yamaguchi, Japon). La commande vient d’un chef cuisinier qui voulait assembler sa résidence à son lieu de travail. Ce projet envisagé « comme un rocher », représente une hétérogénéité par rapport aux autres architectures d’ Ishigami. En effet, on peut penser que tout ses projets sont dans la légèreté et la transparence. Ici, Ishigami montre le refus d’être attaché à un style.

Le projet a été réalisé avec une technique assez simple. Le terrain est creusé puis ensuite il coule une chape de béton dans les trous qu’il a créés. Une fois séché, le sol servant de moule est alors enlevé pour laisser place à la structure et au toit du bâtiment. La technique est identique à la construction d’un pâté de sable. C’est un geste qui rappelle le monde de l’enfance assez simple mais très complexe à mettre en oeuvre. La phase la plus intéressante consiste à enlever la terre pour découvrir la forme finale du restaurant. Il y a une part laissée à l’aléa, une pratique assez rare en architecture qui se rapproche, finalement, plus du domaine de l’art. Ce projet est un peu comme un paysage inversé où le mode d’habiter doit être complètement différent. Le projet rappelle une grotte caractérisée par ses reliefs et ses formes inattendues qui séparent naturellement les différents espaces. Aucune cloison n’a été prévue pour cette installation, seules les parois naturelles, les cours intérieures et les plaques de verre délimitent les différents lieux. Cette technique de création en négatif crée alors une sorte de cave à vin naturelle qui apporte de la fraicheur dans le bâtiment. Le moulage de cette structure a permis de changer le rapport avec l’architecture. On ne vit plus désormais entre quatre murs, mais ici, au centre des ressources que met à pro t la nature. Ce restaurant apporte un cadre lumineux et lisse dans lequel les convives ne sont pas emprisonnés dans des lignes droites comme dans nos habitations traditionnelles. Une impression de sérénité se dégage et offre ainsi un havre de paix aux visiteurs.


Junya Ishigami – Freeing Architecture – House and Restaurant – Japon

En conclusion ce projet utilise une technique qui s’éloigne un peu de l’architecture et qui pourrait rappeler celle des sculpteurs ou designers tels que Max lamb. Lui aussi utilise des techniques traditionnelles pour trouver des solutions innovantes et contemporaines.
Comme Ishigami, pour une de ses pièces, il va creuser dans le sable et y couler de l’étain pour y ressortir un tabouret ou une table.

Avec Ishigami, le mot « art » prend alors tout son sens dans le mot «architecture ». En effet, on retrouve dans chacun de ses projets une réflexion poétique et artistique où l’architecte semblerait penser l’architecture comme la création d’une oeuvre d’art. Chaque projet nous fait oublier la technique et la difficulté du métier d’architecte pour nous laisser avec un sentiment de simplicité et de légèreté. Cette impression nous la ressentons au contact de son architecture et dans chaque projet qui nous invite à un voyage dans son imaginaire révélant une pluralité de mondes poétiques et sensibles.


Max Lamb – Pewter Stools 2014 – Pewter – Caerhays Beach, Cornwall, UK

source :

https://www.fondationcartier.com/expositions/junya-ishigami

http://strabic.fr/Junya-Ishigami-Freeing-Architecture-Fondation-Cartier

http://maxlamb.org

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s