L’esthétique de l’abandon, les ruines d’un désastre économique

Loïc Vendrame – Géographe et actuellement au sein d’une ONG humanitaire, sa passion pour la photographie urbaine est née il y a 7 ans. D’abord attiré par l’architecture contemporaine, Loïc explore les métropoles du monde à la recherche de sujets architecturaux colorés et graphiques, cherchant à sublimer des volumes et des perspectives.

« En 2008, l’Espagne a été frappée de plein fouet par la crise financière mondiale. Le pays, alors en plein essor immobilier, se voit contraint de revoir ses ambitieux plans à la baisse. Résultat : de nombreux quartiers et villes en construction sont précipitamment abandonnés, des milliers de familles sont expulsées de leurs propriétés. Aujourd’hui, ces bâtiments inachevés n’ont pas bougé, vestiges tragiques aux relents apocalyptiques d’une période baignée de douce insouciance. » (revue de presse « Vice » le 21 mars 2017)

capture d_écran 2018-11-06 à 17.08.07
Crédit photo: Loïc Vendrame

A partir de 2016 Loic Vendrame à eu l’impression d’avoir fait le tour de son approche, de ne plus réussir a se réinventer. Il voulait désormais raconter une histoire afin d’engager un point de vue plus marqué ce qui est très compliqué et presque impossible avec l’architecture contemporaine. C’est les espaces urbains interstitiel qui on susciter son intérêt. Ces lieux qui nous questionnent et parfois nous mettent mal à l’aise. Il a trouvé dans ces lieux moderne abandonnés le sujet qu’il cherchait a développer.

À présent, son travail photographique s’oriente vers l’étude de l’urbanisme, de la terre et de l’espace. La manière dont il capture ces « ruines » remet en question la perception que l’on avait de ces dernières, comment pouvons nous désormais accepter ce problème comme objet de contemplation ?

Dans sa série de photographies « futur rust, futur dust » il parcourt les villes fantômes, dont Ciudad Valdeluz que l’ont a notamment vu ici . Ce projet documentaire à long terme dans plusieurs pays du monde a pour objectif d’analyser l’impact urbain et architectural de la dernière crise financière mondiale et de l’éclatement de la bulle immobilière, à travers une exploration des villes fantômes, des projets de tourisme avortés, des infrastructures inutilisées, résultat de cette crise économique, des élus corrompus, des investisseurs mégalomanes et des rêves de propriété.

Dans un processus de documentation, la persistance de l’abandon et de l’incomplétude de nombreuses années après la crise, l’approche visuelle combine esthétisme et graphisme, tout en conservant ces constructions inachevées dans leur environnement. La recherche de statisme rompt avec l’effet de scènes irréelles et inhumaines. Et partout, la végétation creuse le béton, revenant lentement à sa place.

Loic Vendrame présente ses clichés impeccablement cadrés sur son instagram . Plusieurs de ses autres travaux ont été exposé en France mais la série « futur rush futur dust » est essentiellement diffusé sur internet. Ces médias permettent une visibilité bien plus grande et plus rapide qu’une exposition. Il y a donc derrière ce moyen de diffusion une démarche politique. L’objectif est de diffuser tout de suite ce qui donne un caractère de reporter. Il propose ces vestiges de la manière la plus neutre possible sur un format carré proposant uniquement les « ruines » dans leur contexte propre. On peut en effet parler de ruines modernes, non pas que ces structures ce sont désagrégées avec le temps, mais simplement qu’elle n’ont jamais été achevées.

capture d_écran 2018-11-06 à 17.07.44
Crédit photo: Loïc Vendrame

La notion de « belle ruine » commence au milieu du XVIII siècle avec le mouvement du préromantisme. Notamment Hubert Robert, dessinateur, peintre et graveur français révolutionnaire née en 1733 à Paris et mort en 1808 dans la même ville. Son célèbre tableau « Vue imaginaire de la galerie du Louvres en ruine » est l’une des première éloge à la ruine. Loin Vendrame est donc potentiellement un descendant de H.Robert de part sa manière à capter les ruines, qui en temps normal laisse un sentiment de malaise, pour en sublimer l’objet et mettre le spectateur dans une position de contemplation. Mais également révolutionnaire quand à la manière de diffuser son travail à travers les réseaux sociaux.

Ce qui est important pour Loic Vendrame c’est de montrer l’absurdité, le gâchis d’argent public, les rêves d’accession à la propriété brisés. Ces poteau de bétons, ces dalles, sont le reflet de nombreuses personnes qui se sont endettées et se sont fait avoir par des escroc toujours en liberté. Pourtant il y a beaucoup de maison qui sont presque habitable de par leur structure alors que le mal logement est un gros problème de nos jours et surtout en Espagne. Cependant, un type d’habitant viens doucement s’installer. La nature viens reprendre ses droit sur des structure qui on défiguré les paysages. Des paysages perturbant, on se demande où on est ? On ne peut que contempler ces structure qui, de part le vent, soufflent leur douleur d’un désastre économique. Un paysage apocalyptique, comme ci ce n’étais que les traces que l’Homme a laissé avant de disparaitre subitement. On retrouve encore des casques de chantier, des prospectus immobilier qui tourbillonnent au gré les vents. Même les grues sont encore là en attente de directives …

capture d_écran 2018-11-06 à 17.08.34
Crédit photo: Loïc Vendrame

Source interview : http://www.lm-magazine.com/blog/2017/07/07/loic-vendrame-3/

Source interview : https://www.vice.com/fr/article/59yepx/dans-les-villes-fantomes-de-lespagne-en-crise

Source photo : http://loicvendramephotography.com/spain

Source livre :  HUBER ROBERT, Jean de Cayeux, Fayard, 1989

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s