Joaquín Alonso, le « pape » du recyclage

Tandis que la France admirait le travail du facteur Cheval, célèbre pour avoir passé trente-trois ans de sa vie à ramasser cailloux et gravier pour édifier son « Palais idéal » et considéré comme chef de file de « l’art naïf » ; l’Argentine héritait d’un de ses disciples.

À quelques encablures de la place centrale du petit village de Gaiman, dans la province de Chubut, se trouvait un joyau caché appelé « Parque del Desafio » (littéralement parc du défi).

l’entrée du parc

En 1980, Joaquín Alonso, ancien artisan fraichement retraité, acheta une ancienne boulangerie abandonnée sur les bords du Rio Chubut et entreprit d’y construire un jardin dans l’intention de divertir ses nombreux petits-enfants. Après avoir rénové le bâtiment, il traça des chemins et créa un labyrinthe où se côtoient peintures et citations philosophiques. Exclusivement conçu avec des éléments recyclés, on ne remarquait pas ou très peu les matériaux les plus usés parmi les innombrables œuvres que l’auteur nous lega au cours de ses nombreuses années de labeur.

Prenant de l’ampleur, le jardin devint un vaste domaine alliant art et recyclage … si bien qu’il fut répertorié dans le Livre des records Guinness 1998 comme étant l’endroit le plus recyclé au monde (s’y trouvant notamment 80 000 bouteilles).

un jardin plastique

Organisé en grande partie comme une expérience spatiale, le visiteur suit des sentiers labyrinthiques bordés d’installations sculpturales abordant diverses thématiques telles que le conflit des îles Malouines/Falkland si cher aux argentins ou des modèles miniatures comme le Taj Mahal. À chaque étape du chemin, une plaque suspendue, faite d’un morceau de bois ou de bidon d’huile, porte une citation philosophique manuscrite. Des philosophes classiques comme Epicure ou Sénèque au folklore anonyme, ces citations se comptent par centaines. L’artiste s’efforce activement de susciter interrogation, réflexion et méditation de la part du visiteur. Parmi les nombreuses attractions, il y avait des cannes entrelacées démarquant les sentiers, des fleurs artificielles ou une pancarte avec le mot « bienvenu » écrit en 40 langues différentes. Il y avait aussi un jardin surréaliste, une voiture Citroën couverte de capsules de bières et de soda, une petite tour fait de nombreuses bouteilles en verre destinée à servir de sanctuaire aux ancêtres hispano-celtes de l’auteur ou d’autres plus petits jardins consacrés à la philosophie chinoise ou aux traditions Tehuelche (le groupe indigène le plus répandu de Patagonie). Alonso s’intéresse souvent à la modernité avec humour et ironie. Ici, des vieilles voitures affublées de noms taxonomiques jouxtent des images de dinosaures ; là, des jeux de mots pour condamner télévision, répression ou bureaucratie gouvernementale.

diverses attractions

Inondé pendant de longues périodes par la rivière que le parc côtoie, ce projet entrepris comme simple passe-temps apparaît, à postériori, comme un temple en plein air dédié à l’humour et à la joie de vivre. A l’origine imaginé dans un cadre privé ; le propriétaire ouvrit, quatre ans plus tard, le parc au public. Y consacrant plus de 30 000 heures, Alonzo continua à enrichir son œuvre chaque jour jusqu’à sa mort survenue le 25 décembre 2009 à l’âge de 90 ans. En 1992, le parc avait déjà accueilli plus de 100 000 visiteurs et fit l’objet de reportages diffusés jusqu’en Europe et, depuis, plusieurs rétrospectives lui furent consacrées.

Dans une société où les ordures ne cessent de croître, le recyclage est devenu la pierre angulaire de la sauvegarde de l’environnement. L’œuvre spontanée de cet autodidacte démontre que cette démarche est possible à travers l’art puisque nos déchets peuvent devenir la matières premières d’un nouveau genre créatif. Aujourd’hui, bien que son parc fût fermé puis démantelé en 2012, Joaquín Alonzo est considéré à juste titre comme une figure incontournable de l’art naïf et du « land-art » argentin.

Références

bibliographie :

  • L’art du recyclage, Eric Vandecasteele, 2009

webographie :

filmographie :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s