La Plugin House – L’architecture préfabriquée comme une solution à la crise du logement

Un studio de 9m² pour 600 euros par mois. Cela peut paraître aberrant, mais cette situation est devenue monnaie courante pour ceux qui on déjà vécu à Paris, ou qui ont cherché à s’y loger.

En cette période de récession économique, la crise du logement se fait durement ressentir pour les différentes classes sociales et plus particulièrement celles les plus pauvres. En France, selon le rapport de la la fondation Abbé Pierre, 3.5 millions de personnes sont considérées comme mal logées, dont 2.7 millions vivent dans des conditions très difficiles. Entre le manque de logements, l’augmentation des loyers et le manque d’espace constructible, il devient très difficile de trouver un habitat à Paris. Bien que très présente en France, l’inextricable question du mal logement est aussi un problème international, qui nécessiterait des réponses simples s’abstrayant de toute frontière.

A la manière de Jean Prouvé dans les années 50 avec la Maison des Jours Meilleurs, c’est à cette lourde question que l’agence chinoise People’s Architecture Office à tenté de répondre grâce à un type d’architecture simple et préfabriqué, tirant partis des espaces résiduels urbains.

Premier prototype de maison en Chine

Plugin House est une maison facile à assembler composée de pièces préfabriquées. Elle a pour but de démontrer le potentiel d’un type d’habitat compact, écologique, social et économique destiné aux environnements urbains contemporains denses. Il s’agit d’une proposition fondée sur un concept technologique de construction très rapide, ne nécessitant aucune expertise.

L’ingéniosité de ce concept repose sur sa mise en œuvre. La Plugin House est conçue comme un grand puzzle uniquement composée de panneaux d’isolant en polyuréthane extrudé étanches venants s’imbriquer les uns dans les autres à l’aide d’un système de crochet. Les murs, le sol, la toiture sont tous composé du même assemblage de matériaux, ce qui simplifie grandement la production de cette maison et la rend donc peu coûteuse. En ce qui concerne les fenêtres, portes et autres types de menuiseries, elles s’emboîtent de la même manière que les panneaux qui composent le reste de l’habitat. En effet, la facilité d’assemblage permet à cette maison en kit d’être montée en moins de 6 heures, et le coût total de l’ensemble est d’environ treize mille dollars, soit un peu plus d’onze mille euros.

Principe d’assemblage

Bien que rudimentaire, le design de cette maison reste très efficace, et un offre confort thermique, lumineux et spatial sans égal. Sa forme reprend et réinterprète le langage de la maison traditionnelle à double pente et l’enrichi d’un discret vocabulaire architectural contemporain.

De couleur blanche uni ou revêtement acier, les pans droit ou incliné et les angles et arrêtes en biais en font un objet autonome singulier, qui contraste avec son contexte urbain. Le placement intelligent des fenêtres, des portes en font un espace éclairé de manière homogène et l’intérieur blanc couplé à un sol en paquet clair contribuent à la diffusion de la lumière dans tout le logement. Dans certaines configurations, l’ensemble est posé sur un deck en bois démontable jouant un double rôle: il soulève met à niveau la maison en soulevant et fait office de terrasse. La Plugin House n’est pas une simple cabane en kit mais un objet architectural réfléchi et conçu pour être habité confortablement, de la même manière qu’un appartement en ville.

L’intérêt de cette proposition réside dans le fait qu’elle illustre la possibilité de vivre dans un espace plus petit qu’un appartement traditionnel avec le même confort et donc de le multiplier dans l’espace urbain.

Photographie de l’intérieur d’un logement


Ce concept à vu le jour en Chine, pays où la surpopulation, le manque de place en ville et pauvreté sont devenus des problèmes de grande envergure. Début 2016, l’agence People’s Architecture Office commence à développer ce type d’habitat en l’appliquant comme une greffe architecturale. Leur premier projet inaugurant ce principe fut de construire l’extension d’un habitat rural en Chine comme réponse à la situation d’insalubrité face à laquelle une famille chinoise était confronté.

Il y a quelques mois, ce projet fut exporté à l’étranger pour la première fois, et la Plugin House fut exposé pendant quelques semaines devant la mairie de Boston aux États-Unis. Cette fois-ci, People’s Architecture Office décida de le présenter comme un logement indépendant pouvant occuper les jardins résidentiels américains, faisant concurrence aux Accessory Dwelling Units, nom donné aux dépendances louables chez les particuliers. Cette exposition reçu un accueil chaleureux de la part des jeunes étudiants américains souvent endettés et ne pouvant que difficilement se payer un logement. Après la greffe, cette mise en œuvre autonome de la maison en kit démontre la polyvalence du concept, et prouve également qu’elle peux s’adapter à plusieurs situations, répondant à des problèmes de logement spécifique à chaque pays: pour des étudiants en manque de logement ou des citoyens vivant de manière précaire.

Scénario d’emploi d’une maison

En France, notamment à Paris, on peux aisément imaginer d’autres mises en œuvres possibles pour lutter contre la crise le mal logement. En greffe dans les espaces interstitiels entre des immeubles, sur les quais de Seine, dans les parcs, les jardins ou encore sur les toits, la ville contemporaine regorge d’espaces non exploités, mais bel et bien exploitables. L’investissement de ces espaces non prévu pour de l’habitat requestionne le concept d’utilisation de l’espace urbain, et pourrait bouleverser nos notions de partage de l’espace public, privé et de cohabitation.

De la même manière que l’architecture des conteneurs à pu le faire en son temps, la Plugin House interroge notre rapport à l’habitat compacte: Peut-on mieux vivre ensemble dans plus petit, et pour moins cher? C’est une question à laquelle devront répondre les architectes et ingénieurs se face à la croissante surpopulation des métropoles et à la fracture grandissante entre les plus riches et les plus pauvres.

Compte tenu de la relative nouveauté de ce projet, il est encore difficile de savoir s’il pourra être réellement exploité par le futur. Néanmoins, si il peine à se faire une place dans nos villes, ce type d’architecture pourrait très bien convenir à des situations d’urgence comme en cas de catastrophe naturelle, ou plus actuellement, comme hébergement de migrants. Les moyens d’emploi de la Plugin house sont aussi nombreux que les cas de mal logement.

Malgré que ce dispositif ne soit pas encore largement utilisé, il est intéressant de voir des agences d’architecture expérimenter de nouvelles formes d’habitat et de nouvelles technologies de construction loin du béton que nous connaissons tous. Et il est de leur devoir de partager ces recherches au plus grand nombre dans l’espoir d’améliorer la quotidien de l’homme.

Webographie

Bibliographie

  • Architectures d’urgence – Interventions
    Sébastien Thiéry, Patrick Bouchain, Thierry Paquot, Bruce Bégout, Thibault Tellier

Filmographie

La plugin-house comme greffe architecturale
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s