L’autoconstruction: la Bahaüsle à Stuttgart

Dans la ville allemande de Stuttgart, une alternative au logement est proposée pour chaque étudiant de l’université: la Bauhäuslen. Il s’agit d’un réseau de maisons interconnectées avec plusieurs espaces communs. Ce lieux de vie atypique propose chaque année d’accueillir environ 30 étudiants. Sa naissance date des années 80, et depuis, cet espace domestique n’a cessé de grandir, au fil des étudiants qui sont passé par là et des accommodations qu’ils ont pu y ajouter. Le loyer proposé est relativement faible (environ 200 euros par mois), le plus faible proposé aux étudiants dans cette ville. 

Cet exemple d’habitat représente une réponse fort intéressante aux enjeux contemporains concernant le logement étudiant. D’un point de vue économique, tout d’abord, mais aussi social puisque ce fonctionnement permet à l’habitat de s’adapter à chaque génération qui se suivent, et pour finir d’un point de vue écologique (les étudiants construisent leur espaces à partir de matériaux de récupération, permettant de donner une seconde vie à ces derniers et de limiter les déchets). Tout ces aspects rendent cet habitat unique et surtout adulé par ses habitants. 

Le bois en accord avec son environnement

Ce lieu, un bâtiment à usage commun, entouré d’une série de bâtiments plus petits, contenant chacun trois à quatre chambres à coucher, est né d’un projet proposé aux étudiants en architecture de l’Université Technique de Stuttgart en 1981 par les professeurs Peter Hubner and Peter Sulzer: en s’inspirant de l’approche autoconstructive de Walter Segal (1905-1985), les étudiants devaient dessiner et construire un endroit dans lequel ils pouvaient vivre (dans l’idée). En effet, Bauhäusle n’était pas pensé comme un endroit pérenne, mais plutôt comme une construction temporaire menée par 200 étudiants. Cette approche particulière fut développée par Walter Segal afin de permettre à chaque personne sachant utiliser des outils de base (tels qu’une scie, un marteau, une perceuse, etc.) de pouvoir construire leur propre maison. Le principe repose sur un assemblage de cadre en bois, créant ainsi une structure solide, qui peut par la suite être facilement isolée. 

La cuisine commune

Dans le cas de la maison d’étudiants à Stuttgart, plusieurs partenariats avec des fournisseurs en bois de la région ont été crées, avec le support de l’université, afin de garantir un apport en matériaux récupérés (des chutes principalement). Ce principe de construction est économique car il ne nécessite pas de creuser des fondations, dans lesquels on coulerait normalement du béton afin d’y installer les « pieds » d’une maison; il suffit de disposer des gros blocs de béton, ou de pierre (quelque chose de lourd et relativement plat), en surface du sol et de venir y poser des planchers en bois. Ainsi, construire son habitat devient accessible au plus grand nombre.

N’importe quel étudiant de l’Université de Stuttgart peut demander à obtenir une chambre au sein de la Bahaüsle, ce n’est pas un lieu acceptant uniquement les étudiants en architecture, contrairement à un fonctionnement qui pourrait le laisser croire. En effet, le lieu est en constante évolution, dans un premier temps car il faut réparer les parties devenant vétustes, et dans un second temps afin d’agrandir l’espace d’habitation; par exemple y ajouter des chambres en construisant une nouvelle maison « satellite », ou bien  en ajoutant des salles de loisirs communes, telle qu’une salle de cinéma par exemple. 

Vue sur les ouvertures d’une des salles communes

Ce travail de construction ou réparation est valorisé car il peut permettre à des étudiants de rester plus longtemps, d’allonger leur bail de location. Ce travail communautaire d’entretien d’un chez-nous peut paraitre à première vue complexe puisqu’il nécessite des accords entre tous les habitants, mais malgré certains conflits, le but principal de construire ce chez-nous dans l’entente et la bonne humeur prime au dessus tout (« c’est une grand opportunité que les étudiants ont d’habiter ici et il est plus que nécessaire de la conserver, de ne pas la faire disparaître » Lukas, étudiant en ingénierie automotrice et habitant de la Bahaüsle, cf vidéo). A la Bahausle réside un fort sentiment d’appartenance à cette grande maison, tous les étudiants qui témoignent en parle comme le meilleur chez-soi qu’ils aient pu avoir, et serait attristé de devoir le quitter. C’est cette énergie communautaire qui prime par dessus tout, les étudiants sont tous conscients de la notion du vivre ensemble, notamment grâce au fait qu’ils aient participé à la construction d’un bout de cette grande maison. 

Walter’s Way, Lewisham, Londres

Le quartier de Lewisham, à Londres, fut construit sous les mêmes impulsions du désir de construire son chez-soi. Le projet résidentiel occupant un cul-de-sac est le résultat d’une collaboration entre des conseillers municipaux soucieux de raccourcir la liste d’attente de logements, un groupe de locaux déterminés et un architecte: Walter Segal, le seul architecte vivant à donner son nom à deux rues de Londres: Walters Way et Segal Close – noms choisis par les résidents. Bien qu’il décéda avant la fin de la construction des 13 maisons à colombages, il fut très impliqué dans le projet. Les habitants qui l’ont connu se rappellent de lui avec le sourire, pensant à ce monsieur comme le père du quartier. 

Dans ce quartier aux maisons colorées et uniques, on découvre un mode de pensée que Segal lui-même défendait: c’est le lieu de vie qui doit s’adapter aux habitants et non le contraire. Le système d’auto-construction développé par ce dernier permet de créer des endroits adaptables: certains habitants isolent leur maison différemment, d’autres installent un triple vitrage, etc. De même que la Bahausle à Stuttgart, ces maisons se voient être en perpétuel renouvellement, grâce à cette adaptabilité qui permet à ses habitants d’agencer leur espace de vie comme ils le souhaitent. 

SOURCES

https://www.selfbuild-central.co.uk/construction/main-structure/post-and-beam/

http://www.irge-uni-stuttgart.de/einszueins/projekt/bauhaeusle/?lang=en

VIDEO

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s